Les bizarreries de la «fuite» de Leopoldo López : quels pays et quelles personnes l’ont aidé ?

Jusqu’à ce week-end, le fugitif vénézuélien Leopoldo López était protégé par le Royaume d’Espagne dans son ambassade à Caracas
Publicado en

Francés

0 0


López

Jusqu’à ce week-end, le fugitif vénézuélien Leopoldo López était protégé par le Royaume d’Espagne dans son ambassade à Caracas. Mais, finalement, il a réussi à «s’évader» ou à «fuir» du Venezuela, grâce à «un plan élaboré» qui l’a emmené dans un long voyage en Espagne. Dans un premier temps, il serait passé par plusieurs points de migration dans différents pays, dont la Colombie, Aruba et les États-Unis.

Le quotidien espagnol El País rapporte que le parcours du leader du groupe d’extrême droite, Voluntad Popular, a été forgé avec la complicité d’au moins trois gouvernements étrangers. Ils lui ont permis de franchir leurs points de contrôle de l’immigration sans papiers, jusqu’à ce qu’il atteigne Madrid.

López « a été assisté par plusieurs pays qui lui ont fourni les documents nécessaires et ont garanti sa sécurité pendant les étapes de son voyage ». C’est ce qu’a déclaré le journal vénézuélien d’extrême droite El Nacional.

D’autre part, le média ibérique ABC a assuré à López qu’il avait réussi à se rendre à Madrid depuis Miami, aux États-Unis. «Pour entrer en Espagne, le dirigeant vénézuélien a été contraint d’utiliser une fausse identité, puisque le seul document qu’il avait sur lui était une photocopie de sa carte d’identité». Ceci aurait été déclaré par des sources familières avec l’opération du fugitif vénézuélien.

López
Leopoldo López et María Corina Machado

López est arrivé en Espagne sur un vol commercial

Pour sa part, El País ajoute que «les détails du voyage de départ de López sont encore inconnus. Il est possible qu’il soit parti par la frontière colombienne et ait pris un vol direct (de Bogota à Madrid). Un autre est qu’il est parti par la mer vers l’île d’Aruba et a pris un avion d’un troisième pays».

«L’arrivée en Espagne était attendue avec beaucoup d’impatience, car on a appris que López avait quitté la résidence de l’ambassadeur d’Espagne à Caracas, où il était hébergé depuis le 30 avril 2019, après avoir participé à un soulèvement militaire manqué. L’opposant à Chavisme n’a pas été vu en train de quitter l’aéroport de Madrid et il est maintenant chez lui”. Cela a été rapporté à El País par des sources familiales présumées.

Le même média a ajouté : «Un grand groupe de journalistes attend au terminal 4 de l’aéroport (…) depuis tôt ce matin. Mais l’attente a été inutile, car ils ne sont pas partis par la porte habituelle des passagers, bien qu’ils soient arrivés sur un vol commercial. Des sources à l’aéroport de Madrid n’ont pas révélé si López était arrivé via Bogota ou Miami, ni quelles auraient été les escales du voyage».

López
Leopoldo López et María Corina Machado

Dans une déclaration, le ministère espagnol des affaires étrangères a déclaré que la décision de López de quitter l’ambassade était «personnelle et volontaire».

De même, l’Espagne «condamne les arrestations du personnel de travail de son ambassade, ainsi que les perquisitions effectuées au domicile du personnel affecté à l’ambassade». À cette fin, ces actes «constituent une violation des obligations contenues dans la Convention de Vienne sur les Relations Diplomatiques».

De manière interférente, l’Espagne réitère également que la solution à la crise vénézuélienne requiert «une solution négociée, menée par les Vénézuéliens eux-mêmes. (…) Cela permet de célébrer les élections présidentielles et parlementaires avec toutes les garanties démocratiques».

Arreaza
Le ministre vénézuélien des affaires étrangères, Jorge Arreaza

Le Venezuela condamne la complicité de l’Espagne

Le président de l’Assemblée Nationale Constituante, Diosdado Cabello, a accusé l’actuel ambassadeur espagnol à Caracas, Jesús Silva Fernández, d’avoir «facilité» la fuite du López. «Il était un invité et les invités ne fuient pas. L’ambassadeur a dû l’accompagner, ne serait-ce que jusqu’à la porte. Il a dû le soutenir avec quelque chose», a déclaré Cabello.

En outre, le ministre vénézuélien des affaires étrangères, Jorge Arreaza, a également fait une déclaration sur la question. Caracas y rejette «la violation flagrante de la Convention de Vienne sur les Relations Diplomatiques par le Gouvernement d’Espagne, en facilitant, avec une complicité notable, la fuite du terroriste Leopoldo López.

Arreaza dénonce également le fait que l’Espagne encourage et protège la fuite d’un «dangereux criminel » et démontre – une fois de plus – «la pratique anti-diplomatique et hostile de l’État espagnol envers le Venezuela».

Selon des sources diplomatiques espagnoles, le Service de Renseignement Bolivarien (SEBIN) a arrêté deux personnes pour leur complicité présumée. Selon EFE, ils étaient un garde de sécurité privé et un employé du fugitif qui était chargé de lui apporter de la nourriture.

Le premier d’entre eux sera José Jerjes Neira, qui travaille à l’ambassade depuis des années. La deuxième personne serait Nubia Campos, qui était chargée d’apporter de la nourriture à Lopez pendant son séjour dans le complexe diplomatique.

López
Leopoldo López et Lilian Tintori

Le départ de López était «volontaire»

Pendant ce temps, selon des sources de la famille López, citées par El País, le fugitif vénézuélien est parti «volontairement», sans aucune pression du gouvernement espagnol.

López a passé trois ans dans une prison militaire, sur les 14 auxquelles il a été condamné pour sa participation au plan séditieux «La Salida». Cette opération a été menée entre février et mars 2014 et a fait 43 morts, d’autres personnes torturées et au moins 3000 blessés. Il a ensuite bénéficié d’un emprisonnement de maison en maison.

Après l’échec de la tentative de coup d’État du 30 avril 2019, Lopez s’est installé dans l’ambassade d’Espagne à Caracas. Il y est resté 18 mois, jusqu’à son évasion ce samedi 24 octobre 2020, et a atterri un jour plus tard à Madrid.

Des sources d’ABC ont déclaré que López entreprendra «très bientôt » une tournée internationale pour parler des élections parlementaires prévues le 6 décembre au Venezuela. Ce processus est considéré comme frauduleux par l’opposition, bien qu’il s’agisse d’un mandat constitutionnel.

Guaidó
Leopoldo López et Juan Guaidó

Selon Antonio de la Cruz, analyste politique et directeur d’Inter American Trends, le départ de López est principalement dû à un changement d’ambassadeur. Il l’a expliqué dans une interview avec El Nacional

De la Cruz a expliqué que la nomination de Juan Fernandez Trigo comme nouvel ambassadeur «représentait un danger » pour le séjour du leader de l’opposition. « Le nouvel ambassadeur espagnol vient d’être le représentant de l’Espagne à Cuba. Il a des liens et de bonnes relations avec le régime de l’île», a-t-il déclaré.

«Ayant de tels liens avec l’île de Cuba et à un moment où des changements peuvent survenir, Leopoldo est une carte très forte qui pourrait mener à une négociation. Et cela n’est pas favorable à une issue», a-t-il souligné.

Guaidó
Juan Guaidó

Version PanAm Post

Selon le journal de Miami PanAm Post, propriété de proches parents de l’extrémiste de droite María Corina Machado, la fuite de López s’est faite «avec l’autorisation du régime de Nicolás Maduro, après notification de l’ambassade d’Espagne au Palais de Miraflores».

Le site ajoute que la salida «n’était pas une décision spontanée», mais plutôt un accord avec les États-Unis. C’est ce qui a été «atteint lors d’une réunion secrète tenue en septembre au Mexique, a déclaré une source au PanAm Post.

«La rencontre officieuse entre le fonctionnaire de Chavista Jorge Rodriguez et l’envoyé de la Maison Blanche Richard Grenell a eu lieu le 17 septembre à l’extérieur de Mexico. La réunion a abordé des questions telles que la libération des cadres de Citgo, détenus au Venezuela en novembre 2017 – en résidence surveillée depuis décembre 2019 – et l’autorisation pour Leopoldo López de quitter le pays», a ajouté le site web basé en Floride.

Le PanAm Post cite des informations publiées par le New York Times mercredi dernier. Selon ce média, «le président américain Donald Trump avait envoyé Grenell pour rencontrer Rodriguez au Mexique. Son objectif était de faire pression sur Nicolas Maduro pour qu’il quitte le pouvoir et de remporter une nouvelle victoire diplomatique avant les élections. Le Times a noté qu’il n’y avait aucune preuve que le voyage de l’envoyé du Trump ait eu un quelconque effet» pour faciliter une transition pacifique.

López

«Richard Grenell est un proche allié du président Trump et a occupé des postes importants dans l’administration. Il a été directeur intérimaire du renseignement national et ambassadeur en Allemagne. Il a récemment été chargé des négociations entre la Serbie et le Kosovo, qui ont abouti à la restauration des relations entre ces pays», ajoute-t-il.

Pour sa part, l’agence de presse Bloomberg – selon le PanAm Post – a également publié les informations qui ont été divulguées au sujet de cette réunion. «Grenell a suivi les ordres directs de Trump. Selon cette publication, ni le secrétaire d’État, Mike Pompeo, ni l’envoyé spécial pour le Venezuela, Elliott Abrams, n’étaient au courant».

Compártelo

Comentarios