Colombie : témoignages du drame que vivent les paysans oubliés par la justice

“Ici, en Colombie, il est rare que l’État apporte son soutien aux paysans
Publicado en

Francés

0 0


campesinos

“Ici, en Colombie, il est rare que l’État apporte son soutien aux paysans. Puisque la nourriture (sic) qui arrive sur la table de l’État, de l’État, voire du président lui-même, est produite par des mains paysannes. Un paysan sans terre n’est rien.

Témoignage d’un paysan dans «Déplacés : Histoires oubliées de César».

C’est avec ce témoignage que commence le court documentaire «Desplazados : historias olvidadas del César» (Déplacés : histoires oubliées du César), réalisé par le mouvement PAX en Colombie. Il s’agit d’un groupe de paysans du corridor minier du département de César (nord), victimes de déplacements forcés et d’autres événements méfaits.

Mais leur histoire pourrait être répétée dans n’importe quel autre département. La Colombie est le pays le plus inégalitaire d’Amérique latine en matière de régime foncier et de distribution des terres, selon une étude réalisée en 2018 par l’ONG Oxfam International. «Le plus grand 1% des exploitations agricoles occupe 81% du pays. 80% des terres à usage agricole sont consacrées à l’élevage. Par conséquent, seulement 20% à l’agriculture», souligne le rapport.

campesinos
Des millions de paysans sont déplacés de leurs terres par des groupes armés. Image: Documentaire «Blood and Earth»

Une affaire récente remonte au département d’Antioquia. Depuis juillet dernier, «les paysans revendiquant des terres dans les villages de Macondo et Blanquiceth sont victimes de menaces, d’agressions et de pressions de la part des administrateurs de l’Hacienda Flor del Monte, qui est en litige».

«Les administrateurs, accompagnés d’hommes armés, exigent la livraison de 50% des terres habitées par les paysans, victimes de violations des droits de l’homme, de déplacements et de dépossessions». Cela a été dénoncé par la Commission inter-Églises pour la Justice et la Paix, qui travaille avec eux depuis des décennies. Son but est de promouvoir la paix, la justice et le changement politique non violent.

campesinos
La réforme agraire est une demande historique du secteur paysan. Image: Documentaire «Blood and Earth»

Le rêve des paysans colombiens

Justement, la réforme agraire est une exigence du peuple colombien depuis le début du conflit armé, en 1960. C’était même le premier point à négocier dans l’Accord de Paix, signé en 2016 entre le gouvernement de Juan Manuel Santos et les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie – Armée du Peuple (FARC-EP).

Le jour de la signature, l’espoir d’une réforme agraire est né au Congrès. Mais, il est rapidement mort lorsqu’Iván Duque est devenu président en août 2018, en raison de son manque de respect pour chaque point de l’accord. Il a même forcé une faction des FARC à reprendre les armes, fatiguée d’être victime de persécutions et d’assassinats sélectifs.

La Réforme Rurale Complet proposait, entre autres aspects, «de créer un échange de terres à distribuer gratuitement et de rendre leurs terres aux paysans qui ont été dépossédés pendant le conflit armé». Malheureusement, avec l’uribisme au pouvoir, c’est le contraire qui se produit : au lieu de la restitution des terres, des centaines de dépossessions illégales sont effectuées par les propriétaires terriens.

En juin, le média colombien Contagio Radio a rapporté : «Les magistrats chargés de la restitution des terres ont statué en faveur des paysans et des communautés ethniques dépossédés de leurs terres». Le fait est documenté par 5 611 phrases entre 2012 et 2020.

«En conséquence, 66 entreprises – multinationales, agro-industrielles, minières – qui ont généralement bénéficié de la violence paramilitaire, ont été condamnées à restituer des terres, à suspendre des titres miniers et à annuler des hypothèques bancaires».

paysans
Les chefs paysans sont victimes d’assassinats sélectifs, de menaces et de disparitions. Image: Documentaire «Blood and Earth»

Une politique d’État regrettable

Tout cela se passe dans un pays, pour citer le ministre vénézuélien des affaires étrangères Jorge Arreaza, dont le gouvernement «a fait du mensonge une politique d’État». «Ils ne connaissent pas les camps de mercenaires sur leur territoire. Ils ne sont pas non plus responsables de l’échec de l’Accord de Paix, ni des assassinats de dirigeants sociaux et des massacres. Ils ne financent pas les paramilitaires, ils n’augmentent pas la production de drogue», autant de faits de notoriété publique qu’ils prétendent éluder.

Mais, au lieu d’appliquer ces peines en faveur des paysans, le Gouvernement de Duque est complice de ceux qui volent leurs terres. Pire encore, il porte les faux positifs d’Uribe au niveau agraire, contre les mêmes paysans de Colombie.

«Je suis dans la lutte, heureusement que je n’étais pas dans la région quand ils sont venus me chercher. Ils m’ont envoyé pour me dire que rien de mal n’allait m’arriver, mais que je ne devais plus jamais y aller. Et ils ont volé tout mon bétail, j’ai donné ma terre pour une somme négligeable».

Témoignage d’un paysan dans «Déplacés : histoires oubliées de César».

Fin 2019, Contagio Radio a dénoncé l’emprisonnement de neuf dirigeants revendicateurs de terres de la zone rurale de Guacamayas, à Turbo. Le crime serait de ne pas avoir remboursé la dette contractée lors de la restitution de leurs terres.

«Nous sommes préoccupés par le fait qu’un faux positif judiciaire est en cours». Ceci a été dénoncé par la Fondation Forjando Futuros et l’Institut de Formation Populaire. À cette occasion, le jugement a ignoré le fait que ces paysans sont victimes du conflit armé.

La Corporation Nationale des Leaders Sociaux et des Victimes de Colombie ont également abordé l’affaire. «Ce sont des hommes d’affaires et des éleveurs de bétail qui exercent des représailles et des pressions pour ces territoires», en complicité avec les banques et le gouvernement.

paysans
Les neuf chefs des revendications territoriales des régions rurales de Guacamayas qui ont été emprisonnés. Image: El Espectador

Les clés pour comprendre la crise agraire

L’étude d’Oxfam (2018) énumère quelques clés pour comprendre pourquoi la Colombie est le pays d’Amérique Latine le plus inégalitaire en matière agraire :

  1. Au moins 1 % des plus grandes exploitations agricoles possèdent 81 % des terres
  2. Les 0,1 % des exploitations qui dépassent les 2 000 hectares possèdent 60 % des terres.
  3. 42,7 % des propriétaires des plus grandes propriétés ne connaissent pas l’origine légale de leurs terres.
  4. Les femmes ne détiennent que 26% des titres de propriété.
  5. Sur les 111,5 millions d’hectares enregistrés lors du recensement, seuls 43 millions (38,6 %) sont utilisés à des fins agricoles.
  6. Sur ces 43 millions d’hectares, 34,4 millions d’hectares sont consacrés à l’élevage et seulement 8,6 millions d’hectares à l’agriculture.
  7. Les exploitations agricoles de plus de 1 000 hectares consacrent 87 % des terres à l’élevage et seulement 13 % à l’agriculture.
  8. Un million de foyers paysans vivent dans moins d’espace qu’une vache ne doit faire paître.

Selon le Département Administratif National des Statistiques (DANE), en 2019, la population rurale a atteint 11 millions de personnes. La plupart d’entre eux sont engagés dans des activités agropastorales. Et en mai 2020, 87% d’entre eux connaissaient des difficultés économiques en raison de la pandémie. Quelles seront ces statistiques maintenant que la Colombie est devenue un nouveau foyer du coronavirus dans le monde ?

Malgré cela, la Colombie ne fait pas l’objet de débats dans les grands réseaux de médias à cause de cette question. En période de coronavirus, lorsque la situation dans le secteur rural s’aggrave, même Duque ne réagit pas à cette situation alarmante. Il se concentre plutôt sur la promotion de la condamnation internationale contre le Venezuela. Se pourrait-il que la situation dans le pays voisin soit pire ?

cifras

(In)Visibilité des paysans en Colombie

En matière agraire, le graphique montre que les paysans du Venezuela sont loin de vivre dans une situation aussi inégale que celle de la Colombie. Bien sûr, cela ne nie pas que les Vénézuéliens souffrent de difficultés sociales et économiques au milieu de la crise qui touche le pays de manière durable.

Pour commencer, les principaux États agricoles vénézuéliens ont des taux de contagion très faibles : Guárico, Portuguesa, Cojedes, Barinas, Trujillo et Mérida. Les seules exceptions sont Táchira et Apure, mais leur nombre est gonflé parce qu’il s’agit d’États frontaliers. En raison de leur localisation, la plupart des contagions sont des vénézuéliens qui reviennent infectés, précisément, de Colombie.

Ainsi, alors que Duque rend la situation invisible, le président vénézuélien Nicolás Maduro appelle à la relance de la Gran Mision Agrovenezuela, pour stimuler la production alimentaire et fournir des installations et un soutien aux travailleurs agricoles, avec toutes les mesures de biosécurité nécessaires.

En outre, son train exécutif convoque des réunions avec des mouvements socio-productifs, des paysans et des communes productives. L’objectif est de connaître et d’analyser leurs réalités.

En fin de compte, les gouvernements du Venezuela et de la Colombie sont aux antipodes l’un de l’autre dans leur traitement des paysans. Alors que le premier leur offre un soutien, le second les condamne à l’oubli, au mépris populaire. Coïncidence, cela se reflète dans cette dernière citation du court métrage documentaire de PAX, que nous vous laissons également (ci-dessus) pour votre plaisir.

«On porte le mépris du peuple, car être un paysan est discriminé. Car pour les habitants de la ville, il semble que le paysan ait quitté sa terre parce qu’il était mauvais. Mais il ne part pas parce qu’il est mauvais, il part parce que les mauvaises personnes l’attaquent pour s’emparer du trésor qui se trouve sur sa terre».

Témoignage d’un paysan dans «Déplacés : Histoires oubliées de César».

Cela peut vous intéresser …

Compártelo

Comentarios