Forte récession au Brésil au milieu du coronavirus et de la catastrophe de Bolsonaro

Les secteurs qui ont le plus souffert de la contraction sont l'industrie (-12,3%) et les services (-9,7%), qui représentent ensemble 95% du PIB
Publicado en

Francés

0 0


Brasil

Alors que le Brésil approche rapidement les cinq millions d’infections dues au COVID-19, il dépasse 125.000 décès et l’Amazonie souffre d’une déforestation aveugle protégée par le régime de Jair Bolsonaro ; L’économie du géant sud-américain est entrée dans une grave récession qui déclenche les alarmes dans tous les secteurs du pays.  

 L’Institut Brésilien de Géographie et de Statistique (IBGE) a rapporté mardi dernier, 1er septembre, que l’économie brésilienne avait enregistré une contraction record de 9,7% au deuxième trimestre par rapport au premier, alors qu’elle avait déjà baissé de 2,5% en raison de le coronavirus, entrant officiellement en récession.  

Cette situation se produit précisément au moment où Bolsonaro annonçait une extension des aides d’État pour la pandémie, bien qu’avec une réduction significative de 50% de moins que ce qu’ils avaient payé jusqu’à présent.  

Selon un rapport sur le portail Ámbito, la baisse dépasse les 9,2% estimés par 49 économistes consultés par le quotidien économique Valor ; mais il est inférieur à celui attendu en mai (-11,1%), grâce à l’aide de dernière minute que Bolsonaro a décidé de distribuer presque contre son gré, pour apaiser les effets de la pandémie.

Image for post

En fait, la décision d’étendre le soutien économique a provoqué la colère des secteurs libéraux contre Bolsonaro, qui jugent ces «dépenses publiques» inutiles.  

La récession au Brésil, considérée comme la plus grande économie d’Amérique Latine, est évidente lorsque l’on voit l’effondrement de son produit intérieur brut (PIB). Au premier semestre, la baisse était de 5,9%; alors qu’au deuxième trimestre il était de 11,4%, précise l’IBGE. 

La contraction au deuxième trimestre s’est produite «au plus fort de l’isolement social, alors que diverses activités économiques étaient partiellement ou totalement paralysées pour faire face à la pandémie», a expliqué la coordinatrice des Cuentas Nacionales de l’IBGE, Rebeca Palis.

Image for post

L’industrie et les services les plus touchés au Brésil

Le Brésil est le deuxième pays le plus touché au monde en termes absolus par le coronavirus, seulement dépassé par les États-Unis.  

Les secteurs qui ont le plus souffert de la contraction sont l’industrie (-12,3%) et les services (-9,7%), qui représentent ensemble 95% du PIB de Brésil. Le seul secteur qui a progressé est l’agriculture, avec une augmentation minimale de 0,4%, tirée principalement par la production de soja et de café. 

L’effondrement est brutal, mais «dans le monde d’aujourd’hui, cela semble très raisonnable», a déclaré à l’AFP Margarida Gutiérrez, professeur de macroéconomie à l’Institut Coppead de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ).

Malgré cela, l’effondrement du géant sud-américain est encore bien inférieur à celui d’autres pays de la région comme le Mexique (-17,1% au deuxième trimestre) et le Chili (-13,4%), ou celui d’économies développées comme Royaume-Uni (-20,4%), Espagne (-18,5%) et France (-13,8%), tous affectés par l’impact de la crise des coronavirus.  

Selon les experts consultés par le journal Folha de S. Paulo, la période de récession devrait être courte mais d’une intensité record, compte tenu des données des quatre dernières décennies.  

La recette du gouvernement Bolsonaro pour ne pas tomber dans l’abîme était de rendre les mesures de confinement plus flexibles et d’activer la production – malgré le coup dur que cela signifiait pour des millions de brésiliens touchés par le COVID-19 – et de fournir une subvention de 600 réais (110 dollars) à 66,4 millions de brésiliens, et dans le cas des femmes célibataires et chefs de famille, 1.200 réais.

Image for post

Détruisez le plan Bolsa Familia

La subvention de Bolsonaro, distribuée mensuellement depuis avril pour tenter d’atténuer la crise qui a généré plus de neuf millions d’emplois détruits, sera désormais de 50% inférieure et, selon l’extrême droite, remplacera le plan «Bolsa Familia», créé par l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva, qui apporte de la nourriture aux familles les plus démunies.   

Le plan «Bolsa Familia» a conduit le Brésil à devenir une puissance mondiale. Selon le régime de Bolsonaro, on sera remplacé par le plan «Renta Brasil» en 2021, et aura pour précédent la subvention accordée par Bolsonaro. 

Cela pourrait signifier que l’aide du gouvernement aux familles vivant dans la pauvreté devient une contribution minimale, ce qui se traduirait par une réduction des dépenses publiques qu’il tenterait de déguiser au détriment des demandes des secteurs libéraux.  

Quelques minutes après que l’entrée du Brésil en récession a été connue, le président Bolsonaro a annoncé la prolongation de la subvention susmentionnée mais conditionnelle à 300 réais de moins.  

«Sur la base de la loi sur la responsabilité fiscale, nous avons décidé de maintenir l’aide mais de la fixer à 300 réais», a déclaré Bolsonaro depuis le Palais du Planalto, après avoir rencontré les ministres et les législateurs du gouvernement.

Image for post

«Ce n’est pas une très grande valeur mais au fond nous voulons servir la population», a-t-il dit, qui selon lui est 50% plus élevé que le plan social de Bolsa Familia.

Selon les sondages, Cette aide a augmenté la popularité de Bolsonaro de sept points malgré le fait que la pandémie ait déjà fait plus de 122.000 morts au Brésil et que l’ultra-conservateur soit largement critiqué pour avoir fait campagne avec force contre les mesures de prévention.  

Dans un message adressé au marché financier et sous la pression du Ministre de l’Économie, Paulo Guedes, Bolsonaro a également déclaré qu’il enverrait le projet de réforme administrative au Congrès, avec lequel il entend modifier la stabilité de l’emploi des agents publics qui entrent par concours.  

«Les changements sont basés sur les nouveaux employés qui entrent dans l’État», a déclaré le ministre Guedes, qui a cité la «méritocratie» comme une valeur de cette réforme

Jusqu’à présent, la situation au Brésil reste assez incertaine, notamment en raison de ce que le véritable effet négatif de la pandémie et des décisions du régime d’extrême droite sera pour l’une des économies les plus importantes du continent, avec l’une des plus grandes populations de la planète.

Comentarios