Dignidad Ahora

Il ne s’est jamais excusé! La fois où les États-Unis ont abattu un avion de ligne iranien et tué 290 personnes

L’histoire d’Iran Air 655 commence avec la révolution islamique de 1979, car lorsque l’Irak a envahi l’Iran l’année suivante, Washington a soutenu le leader irakien Saddam Hussein contre « l’ennemi mutuel »
Publicado en

Francés

0 0


Les États-Unis et la République islamique d’Iran sont à la veille d’une guerre aux conséquences inimaginables qui impliquerait tout le Moyen-Orient. Premièrement, Washington a exécuté l’assassinat du général iranien Qasem Soleimani, commandant de la force Qods du Corps de la Garde Révolutionnaire Islamique, lors d’une frappe de drones sur le sol iraquien.

Face à la promesse et à l’exigence du peuple iranien de « vengeance », l’Iran a attaqué avec plus d’une douzaine de missiles plusieurs bases militaires américaines en Irak. Mais il n’y a pas eu de morts à déplorer. En attendant une réponse du président américain Donald Trump, il s’est passé quelque chose d’imprévu de part et d’autre : un avion de ligne ukrainien s’est écrasé sur le territoire iranien.

Selon La Vanguardia, l’avion d’Ukrainien International Airlines transportait 176 personnes, dont 82 Iraniens et 63 Canadiens, dont la plupart d’origine iranienne et neuf Ukrainiens. Ils sont tous morts.

Le Gouvernement iranien a nié être responsable de cet incident. Mais trois jours plus tard, alors que les États-Unis, le Royaume-Uni et le Canada mettaient en accusation, Téhéran a admis sa culpabilité.

Les Forces Armées Iraniennes ont reconnu que l’avion avait été abattu « involontairement et par erreur humaine ». Dans un communiqué, ils ont expliqué que « dans une situation de crise et de détresse » le Boeing 737 s’était positionné à proximité d’un centre militaire des Gardiens de la Révolution à « une altitude et une position de vol d’un objectif ennemi » et l’opérateur du système de défense a confondu l’appareil avec « un missile de croisière », a commenté La Vanguardia.

À cet égard, le commandant de La Force Aérospatiale Iranienne, Amir Ali Hayizadeh, a déclaré que l’opérateur, avant de tirer, avait essayé de contacter ses commandants pour obtenir l’approbation, mais que le système de communication était erroné et avait pris « une mauvaise décision ».

Face à cette tragédie, l’Appareil Judiciaire Iranien a signalé lundi des arrestations pour la destruction accidentelle de l’avion ukrainien.

« Certaines personnes ont été arrêtées à la suite de cet incident. L’enquête en est à sa première phase », a déclaré le porte-parole du Pouvoir Judiciaire, Gholamhosein Ismaili, selon l’Agence EFE.

Quelques heures auparavant, le président iraquien, Hasan Rohani, avait annoncé la création d’un tribunal spécial chargé d’enquêter. « Pour notre peuple, il est très important que toute personne qui a été coupable ou négligente dans cette affaire soit traduite en justice », a déclaré Rohani.

Le Mandataire s’est également excusé de cette tragédie et a qualifié l’incident d’erreur douloureuse et impardonnable. « La responsabilité incombe à plus d’une personne », a-t-il affirmé, pour ensuite réaffirmer que les coupables seront punis.

Lors de cet incident, l’exécutif iranien ne s’est pas lavé les mains, a reconnu sa responsabilité, a demandé pardon et a assuré qu’il punirait les coupables avec toute la rigueur de la loi.

Le vol 655

Des analystes, tant politiques que d’opinion, n’ont pu s’empêcher de penser à un prétendu « accident d’avion » étonnamment similaire en territoire iranien au milieu des hostilités, exécuté il y a plus de 30 ans, dans les derniers jours de la guerre Iran-Irak.

L’histoire d’Iran Air 655 commence, comme une grande partie de la lutte entre les États-Unis et l’Iran, avec la révolution islamique de 1979. Quand l’Irak a envahi l’Iran l’année suivante, Washington a soutenu le leader irakien Saddam Hussein contre son « ennemi commun ». La guerre a duré huit années terribles, faisant près d’un million de morts.

Vers la fin de la guerre, le 3 juillet 1988, un navire de la marine américaine, Vincennes, a échangé des tirs avec de petits bateaux iraniens dans le Golfe Persique.

Alors que les deux flottes se disputaient, le vol Iran Air a décollé de l’aéroport international de Bandar Abbas, situé à proximité, à destination de Doubaï, dans les Émirats arabes unis. L’aéroport était utilisé par des avions civils et militaires.

La Marine américaine a confondu” le gros avion civil Airbus A300 avec un avion de combat F-14 beaucoup plus petit et plus rapide, au point où il a tiré deux missiles sol-air et tué les 290 passagers à bord : 238 Iraniens (plus 16 membres d’équipage)13 émirats, 10 indiens, 6 pakistanais, 6 yougoslaves et un italien.

L’horrible incident a poussé Téhéran à mettre fin à la guerre, mais ses effets ont pris beaucoup plus de temps que cela. «La chute du vol Iran Air 655 a été un accident, mais ce n’est pas ce qui s’est produit à Téhéran », a écrit l’ancien combattant de la CIA Kenneth Pollack dans son histoire d’inimitié entre les deux nations en 2004, «The Persian Puzzle».

«Le gouvernement iranien a supposé que l’attaque avait un but. Téhéran s’est convaincu que Washington essayait de montrer que les États-Unis avaient décidé d’entrer ouvertement dans la guerre du côté de l’Irak», ajoute Pollack au Washington Post.

Comme le rapporte le journal, cette croyance, associée à l’utilisation accrue d’armes chimiques par l’Irak contre l’Iran, a conduit Téhéran à accepter un cessez-le-feu de l’ONU deux mois plus tard.

Pas de confiance mutuelle

L’attentat a aidé à consolider une vision commune de l’Iran selon laquelle les États-Unis n’ont pas changé il est fermement attaché à la destruction de la République Islamique et il ne s’arrêtera pas tant qu’il ne l’aura pas fait, et c’est la principale raison pour laquelle l’Iran a du mal à croire qu’il peut compter sur les États-Unis.

Le Washington Post souligne même l’importance de cet attentat en évoquant la situation comme suit :

« Si vous entrez dans n’importe quelle classe de lycée aux États-Unis et demandez aux étudiants de décrire la relation de votre pays avec l’Iran, vous entendrez probablement des mots comme « ennemi » et « menace », peut-être « méfiance » et « nucléaire ». Mais si vous lui demandez ce que le numéro 655 a à voir avec eux, il ne trouvera que le silence.

Essayez dans une salle de classe iranienne, demandez les États-Unis, et vous entendrez probablement les mêmes mots. Cependant, mentionnez le numéro 655, et c’est un pari certain qu’au moins quelques étudiants sauront immédiatement de quoi vous parlez.

Le numéro, 655, est un numéro de vol : Iran Air 655. Si vous n’en avez jamais entendu parler, vous êtes loin d’être le seul. Mais il doit connaître l’histoire pour mieux comprendre pourquoi les États-Unis et l’Iran se méfient tant l’un de l’autre et pourquoi il sera si difficile de parvenir à un accord nucléaire ».

Récemment, le Mandataire iranien a évoqué cette tragédie lorsqu’il a réagi à la menace du président Trump d’attaquer des sites culturels.

Le New York Times rappelle que, il y a quelques jours, Trump a écrit sur Twitter que son bureau avait dressé une liste de 52 sites culturels iraniens susceptibles d’être détruits, représentant les 52 otages pris par l’Iran en 1979.

En réponse, Trump a reçu de son homologue iranien les mots suivants : «Ceux qui se réfèrent au numéro 52 doivent également se souvenir du numéro 290».

Partage de la responsabilité

Le président de l’État-Major Commun, l’amiral William J. Crowe Jr., a déclaré que l’avion iranien volait à basse altitude et n’a pas répondu aux avertissements ni transmis de signaux radar indiquant qu’il s’agissait d’un avion civil.

Le président de l’époque, Ronald Reagan, a publié une déclaration dans laquelle son gouvernement regrettait les pertes en vies humaines, mais défendait le procès du capitaine, le capitaine Will C. Rogers III, qui a perpétré l’attentat.

Une enquête ultérieure du Département de la Défense a soutenu ses actions, tout en notant qu’il avait reçu des informations inexactes à mesure que l’avion s’approchait. Les enquêteurs ont également critiqué l’Iran pour avoir autorisé l’avion à décoller vers une zone de conflit active. Pour être juste, peut-on dire la même chose de l’avion ukrainien ?

Dans un curieux revirement, quelques mois plus tard, la femme du capitaine Rogers, Sharon Lee, conduisait sa voiture à San Diego quand une bombe a explosé dans sa voiture. Elle s’est échappée saine et sauve. Bien que les enquêteurs aient d’abord cru à un acte de terrorisme, ils ont ensuite «écarté» cette possibilité, a déclaré Les Angeles Times.

Plus tard, le capitaine Rogers a reçu la Légion du Mérite pour son service dans le Golfe Persique ; un rendez-vous d’accompagnement a salué le «leadership dynamique» et le «jugement logique» du capitaine.

Dans un rapport de décembre 1988, un groupe international d’experts de l’aviation a critiqué la Marine pour n’avoir pas mis en place de procédures visant à éloigner les avions civils des zones de combat.

Par la suite, les États-Unis ont versé des millions de dollars pour régler une plainte déposée par l’Iran à la Cour internationale de Justice.

À ce jour, personne, absolument personne, n’a présenté ses excuses ou pardon pour le meurtre de ces 290 civils innocents.

Un nouveau pacte est-il possible?

En fin de compte, pour que tout accord mutuel fonctionne, les deux pays devront avoir la certitude que l’autre est sincère quant à sa volonté de tenir ses promesses. Pour Washington, il faut croire que l’Iran est prêt à renoncer à toute ambition en matière d’armes nucléaires. Pour Téhéran, cela signifie croire que les États-Unis accepteront réellement la République Islamique et coexisteront pacifiquement avec elle.

Il s’avère que la guerre de huit ans avec l’Irak, largement perçue en Iran comme une guerre non seulement contre Hussein, mais aussi contre ses partisans occidentaux, et la destruction du vol 655 d’Iran Air a convaincu de nombreux Iraniens aux États-Unis on ne peut pas faire confiance.

Le chef suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, semble souvent partager cette profonde méfiance. Au moins, il le laisse entrevoir dans ses déclarations constantes.

Donc, « si Téhéran pense que Washington est si attaché à sa destruction qu’il abattrait volontairement un avion rempli de civils iraniens, il a toutes les raisons de penser que nous mentons dans les négociations » expose le Times dans son reportage.

De même, la nation perse a aussi de fortes raisons d’essayer de construire une arme nucléaire, ou du moins de s’en approcher suffisamment pour dissuader l’invasion américaine qu’elle craignait d’arriver en 1988, puis en 2002 avec le discours de «axe du mal» du président George W. Bush de l’époque, et à nouveau avec Trump à la Maison-Blanche.

Conclusion: les Américains ne savent peut-être pas pour le vol 655, mais les Iraniens le savent certainement, même si beaucoup ne peuvent pas encore l’oublier.


Comparte 👍

Comenta 💬