Le Venezuela vit une époque de «Fake News» : pourquoi le journalisme de données peut-il être un outil pour le combattre ?

21e siècle, première année de la troisième décennie
Publicado en

Francés

0 0


fake

21e siècle, première année de la troisième décennie. La pandémie causée par COVID-19 a touché plus de 112 millions de personnes en un an. Cependant, il existe un virus qui voyage plus vite, il peut infecter des millions de personnes en quelques secondes. Elle peut même provoquer des émeutes, des conflits et des guerres civiles et altérer les capacités mentales de l’homme. Son remède – bien qu’il existe – est plus difficile à répandre que celui du coronavirus. Son nom : «Fake News».

Dans le contexte. Tout d’abord, la saisie de «fake news» dans Google ne génère pas moins de 910 millions d’entrées. Ensuite, en 2017, le dictionnaire Oxford a choisi le terme «Mot de l’Année». Il figurait également parmi les finalistes de la Fundación del Español Urgente (Fundéu), dans sa version espagnole : «noticias falsas».

Troisièmement, le rapport «Prévisions Technologiques pour 2018» de la société de conseil américaine Gartner a conclu que d’ici 2022, le monde consommera plus de fausses nouvelles que de vraies nouvelles. D’ici là, il n’y aura pas suffisamment de capacités matérielles et technologiques pour les éliminer.

Quatrièmement, une étude scientifique d’Institut de Technologie de Massachusetts (MIT) a confirmé que les fausses nouvelles se répandent beaucoup plus rapidement que les vraies. Ils sont arrivés à cette conclusion après avoir analysé 126.000 histoires diffusées sur Twitter entre 2006 et 2017. La gravité de la question est-elle comprise ?

fake

Fakes News = Désinformation

Et cinquièmement, une étude de Marián Alonso González, docteur en communication sociale de l’université de Séville, intitulée «Fake News : la désinformation à l’ère de la société de l’information», a notamment tiré les conclusions suivantes :

  • Les médias ont cessé d’être la première source d’information face aux réseaux sociaux.
  • Aujourd’hui, le nombre de visites reçues ou d’adeptes gagnés est plus important que la qualité de l’information.
  • La crédibilité des médias est le plus grand défi pour les journalistes.
  • La pratique du journalisme doit acquérir de nouvelles valeurs et perspectives.
  • Les valeurs journalistiques doivent s’accompagner d’une conscience civique.

C’est précisément sur ce dernier point qu’Alexis Anteliz, chercheur vénézuélien, conférencier, conservateur de l’information, hacktiviste et membre d’Internet Society (ISOC), est d’accord. Dans une interview exclusive, il a assuré qu’au-delà de tout outil, la lutte contre les «fake news», ainsi que l’éducation d’un enfant, commence à la maison.

«L’outil le plus important, et le plus simple en même temps, est de ne jamais abandonner le bon sens. C’est le sens le plus important qui doit accompagner chaque communicateur, et aussi ceux qui cherchent et reçoivent des informations», a-t-il déclaré.

Il a ajouté «qu’il existe évidemment des outils technologiques qui permettent de vérifier les sources primaires d’information. Surtout lorsqu’il s’agit d’images ou de vidéos, car on peut les retracer sur Internet (…) Mais cette compétence exige avant tout de la prudence, de ne pas se précipiter, d’être calme et sain d’esprit».

fake
Un exemple de «fake news»

Le facteur humain

L’étude du MIT a également abouti à une autre conclusion, inattendue selon les auteurs. «Ce sont les humains, et non les bots, qui sont les premiers responsables de la diffusion d’informations trompeuses». Bien que les robots aient accéléré la diffusion des histoires, fausses et vraies, c’est le facteur humain qui a fait la différence.

Anteliz rappelle que «les fake news sont utilisées à des fins diverses, qu’elles soient personnelles, économiques, politiques ou même géopolitiques. Le meilleur exemple est celui des révolutions de couleur, mal nommées». C’est une technique de manipulation des États-Unis pour créer le chaos dans un pays et générer un coup d’État. De cette façon, ils provoquent un changement de régime et peuvent alors contrôler le pouvoir politique.

Par exemple, à la fin du mois de mai dernier, l’ONG Human Right Watch (HRW) a manipulé les données de l’Université John Hopkins et a prétendu que le Gouvernement du Venezuela mentait lorsqu’il a donné le nombre de victimes du coronavirus. Ils ont affirmé que, sur la base d’un «chiffre raisonnable», ils pensaient qu’il était «juste» qu’il y ait 300.000 personnes infectées et 30.000 morts.

Comme exercice de conscience : qu’est-ce qui est plus facile et plus faisable ? Que HRW ment pour créer le chaos au Venezuela, ou que le gouvernement de Nicolás Maduro a engagé David Copperfield et fait disparaître 300.000 malades et 30.000 cadavres sans qu’un seul appareil photo de téléphone portable n’enregistre 10 secondes de vidéo ou ne prenne une seule photo.

Les soi-disant influenceurs des médias sociaux et des dizaines de médias antigouvernementaux n’ont pas hésité à diffuser l’information. Ils n’ont même pas pris le temps de remettre en question l’incroyable affirmation de HRW.

Un nouveau journalisme ?

Aujourd’hui, il est nécessaire de mettre en place un nouveau journalisme responsable, éthique et crédible. Le journalisme de données est une option. Comment le définir pour que même un enfant puisse le comprendre ? Paul Bradshaw, professeur de journalisme à l’Universitéde la Ville de Londres, l’explique ainsi. «C’est un système qui exploite la puissance des ordinateurs pour trouver, contraster, visualiser et combiner des informations provenant de nombreuses sources».

Toutefois, cette pratique n’est pas nouvelle. «On a toujours existé, mais ce n’est que ces dernières années que le thème de la télématique et l’accès aux bases de données et aux enregistrements des transactions numériques dans le monde se sont développés», a déclaré Victor Hugo Majano, journaliste, expert en journalisme d’investigation et en données, fondateur et rédacteur en chef du portail vénézuélien La Tabla, dans une interview exclusive.

Il a déclaré que cette expansion «a facilité l’accès à beaucoup d’informations et leur traitement, afin de définir des tendances et d’identifier des lignes de conduite. En traitant un grand volume de données, vous pouvez faire des interprétations plus concluantes de la direction que prennent les processus et produire des éléments journalistiques plus complets, véridiques et fiables».

Pourquoi le journalisme de données est-il fiable ?

Pour Majano, l’une des clés qui rend le journalisme de données fiable est que toutes les informations publiées – que ce soit sous forme d’essais, d’infographies, de vidéos, de cartes d’information, entre autres – sont vérifiables à partir de leur source primaire ou originale.

«Le produit final doit avoir l’origine des données, la manière dont elles ont été traitées et les éléments qui les rendent vérifiables pour tout utilisateur. En fin de compte, c’est le destinataire qui a le dernier mot sur l’authenticité de l’information», a-t-il souligné.

Par conséquent, a expliqué Majano, toutes les informations qui ne sont pas vérifiables et accessibles au public, ou qui sont partiellement ou incomplètement exposées, doivent être mises de côté. «Sinon, les conclusions auxquelles nous pouvons arriver risquent d’être erronées», a-t-il déclaré.

news

Le devoir éthique du journaliste

Bien que l’exploration de données nécessite certains outils technologiques, des modèles mathématiques et des logiciels spécifiques pour l’analyse de grands volumes d’informations, Majano a souligné que n’importe quel journaliste peut commencer du plus petit au plus petit.

Pour ce faire, il suffit d’utiliser avec discernement et profondeur la plus grande base de données qui existe : Internet. «Aujourd’hui, presque toutes les informations sont enregistrées à partir d’une source originale, et ce sont des millions de données», a-t-il noté.

Une fois que la source d’information est située sur le web, il existe cinq outils de code libre qui peuvent être très utiles pour commencer la pratique du journalisme de données :

  1. Tabula : extrait le contenu de la table d’un PDF, jusqu’au contenu numérique disposé en lignes et en colonnes. Il l’enregistre ensuite au format CSV (base de données) ou dans un tableur.
  2. LibreOffice Calc : fonctionne avec des données externes provenant de tableaux importés directement d’une page web et dans n’importe quel classeur.
  3. Scrapy : extraction de données de manière structurée, automatisée, rapide, efficace et directe à partir de sites web. Son utilisation nécessite une connaissance moyenne de Python.
  4. OpenRefine : nettoie et optimise les données, car il recherche les doublons, élimine les caractères équivoques, réordonne, filtre les éléments selon certaines règles, entre autres fonctions.
  5. DataWrapper : en quatre étapes, il convertit différents volumes de données en graphiques statistiques. Il vous suffit de copier les données de vos tableaux, de les décrire, de choisir le type de graphique et de commencer à générer chacun d’eux.

Mais, pour l’utilisation de chacun, trois facteurs entrent à nouveau en jeu : l’humain, son bon sens et son éthique. Paul Bradshaw souligne qu’après avoir trouvé l’information, «il est essentiel de la comprendre et de la rendre intelligible pour le public. Sans cela, la programmation, le design et les autres connaissances seront inutiles».

media

Le «principe de parcimonie»

Enfin, il convient de citer une nouvelle fois Alexis Anteliz. «Aujourd’hui, l’internet fait partie de notre vie quotidienne et sa croissance, son évolution et son développement progressent de façon ininterrompue. Mais, son impact à travers les réseaux sociaux est le plus direct (…) car il affecte à des degrés et des niveaux différents et avec une plus grande immédiateté. Il est donc nécessaire d’accroître la capacité de discernement».

Donc, dans un moment de doute, lorsque vous lisez, entendez ou voyez quelque chose dans les réseaux sociaux, les médias électroniques, les médias traditionnels et même dans les chaînes familières de WhatsApp ; rappelez-vous le cas de Human Right Watch et son accusation grossière et insensée contre le Venezuela, et mettez en pratique le soi-disant «principe de parcimonie», peut-être mieux connu sous le nom de «Rasoir d’Ockham», qui dit (en termes un peu plus simples) ce qui suit :

«Si, pour expliquer un phénomène donné, nous avons deux ou plusieurs hypothèses, il est plus raisonnable d’accepter la plus simple. En d’autres termes, celui qui a le moins d’hypothèses non prouvées». En conclusion : ne tombez pas dans le piège des «fake news», faites preuve de bon sens. Faites vos recherches. Vous êtes le principal responsable.

Cela peut vous intéresser …

Compártelo

Comentarios