Carnet de la Patrie : pourquoi les gouvernements devraient cibler cet outil vénézuélien ?

Une application intelligente dans laquelle la population saisit ses données, répond à un questionnaire et le système évalue si on a besoin d’un test de dépistage COVID-19
Publicado en

Francés

0 0


carnet

Une application intelligente dans laquelle la population saisit ses données, répond à un questionnaire et le système évalue si on a besoin d’un test de dépistage COVID-19. Il détermine également s’ils doivent faire l’objet d’une visite médicale à domicile, d’un isolement préventif ou s’ils sont sans danger. Savez-vous en quoi consiste la demande ? S’agit-il du Carnet de la Patrie vénézuélien ?

Son nom est «Protection de Sécurité par Quarantaine Volontaire». Il a été développé au début de 2020 par le Ministère de l’Intérieur Sud-coréen. Il a été créé au moment où le pays asiatique était en passe de devenir l’épicentre du nouveau coronavirus détecté dans la province chinoise de Wuhan.

Cependant, cette app a permis d’éviter la propagation du virus. Elle a également permis de détecter les sources d’infection et d’arrêter la courbe de contagion, en plus de sauver des milliers de vies. Pour tout cela, elle a reçu les éloges des Nations Unies, de l’Organisation Mondiale de la Santé et du monde entier.

Qu’y a-t-il de si curieux pour l’Amérique Latine ? Depuis janvier 2017, le Venezuela dispose d’un outil numérique aux caractéristiques similaires : le Carnet de la Patrie. En tant qu’initiative du gouvernement national, il y a ceux qui l’accusent d’être un instrument de manipulation et d’espionnage. Cependant, comme c’est généralement le cas avec ce pays d’Amérique du Sud, ils le font sans avoir une seule preuve en main.

carnet
Les Vénézuéliens peuvent accéder au système via leur smartphone, tablette ou ordinateur de bureau

Importance du Carnet de la Patrie

En réalité, la plateforme Carnet de la Patrie a été fondamentale pour que le coronavirus ne fasse pas de ravages au Venezuela. Ce pays a été épargné par ce que vivent quatre de ses voisins, le Brésil, le Pérou, le Chili et la Colombie, classés parmi les 20 pays les plus touchés au monde.

Le système vous invite à répondre en permanence à des questionnaires sur les symptômes de la COVID-19. De cette manière, l’État obtient des informations de première main sur les cas possibles de contagion, leur gravité, s’ils nécessitent un isolement ou une visite médicale. En outre, la personne est empêchée de quitter son domicile, ce qui permet de couper la chaîne de transmission et d’économiser les ressources sanitaires.

Évolution et adaptation

Le Carnet de la Patrie a-t-il toujours servi exclusivement à cette fin ? La réponse est non, car en quatre ans, la plate-forme a évolué, s’adaptant aux conditions et aux besoins du pays et de la population.

«Il n’existe pas d’instrument essentiel pour la gestion des politiques publiques. Cependant, le Carnet de la Patrie a permis d’organiser une base de données des vénézuéliens et de créer des avantages qui touchent directement la population».

Lenín Maury, activiste numérique et journaliste spécialisé dans les politiques publiques pour l’égalité en Amérique Latine du Conseil Latino-Américain des Sciences Sociales (Clacso).

«Bons sociaux, subventions à l’essence, paiement de services publics, initiation à l’utilisation de la cryptocouronne – avec la PetroApp – et à la banque – avec le portefeuille numérique – pour les personnes qui ne peuvent pas accéder à la banque traditionnelle. Tout cela peut être géré par le biais du Carnet de la Patrie», a-t-il déclaré dans une interview exclusive avec El Ciudadano.

carnet
Aujourd’hui, dans les stations-service, vous pouvez payer l’essence du système Patria, avec votre empreinte digitale. Photo: AFP

Peu à peu, le Carnet de la Patrie évolue vers une sorte de citoyenneté numérique. À cet égard, Maury a déclaré : «Il y a des villes dans le monde entier qui mettent déjà en œuvre une citoyenneté numérique ou qui s’en rapprochent. En général, il s’agit d’une carte unique qui stocke l’identité, les données bancaires associées pour acheter des biens et des services, les antécédents médicaux et de crédit», et bien d’autres informations personnelles et professionnelles.

Il a également rappelé qu’au Venezuela, depuis au moins 20 ans, il existe un système d’affiliation numérique dans les chaînes privées de magasins de biens et services. Mais cela ne sert qu’à accorder aux clients certains avantages. Alors, pourquoi y a-t-il un rejet dans certains secteurs envers le Carnet de la Patrie ?

La gestion publique avec Big Data

«Au Venezuela, la seule différence est que l’initiative vient de l’État. En Chine, ils ont des applications similaires et les défenseurs des droits numériques affirment que les Big Data sont utilisées pour contrôler les mouvements des citoyens. Le Carnet de la Patrie n’est même pas près d’en arriver là», a déclaré Maury.

cedula
Près de 19 millions de Vénézuéliens se sont inscrits sur la plateforme Carnet de la Patria. Photo: Web

Selon lui, le débat d’aujourd’hui devrait être que la réflexion sur les politiques publiques sans l’utilisation et la gestion des Big Data est techniquement impossible. Bien sûr, si vous voulez être efficace. «On ne peut pas revenir 30 ans en arrière, à l’époque des enquêtes de personne à personne pour l’analyse par un panel d’experts. Aujourd’hui, la technologie nous permet de rassembler des millions de données avec précision et rapidité», et de générer des solutions à court terme.

En ce sens, il trouve curieux que de nombreux citoyens ne revendiquent ces «états de surveillance» que lorsqu’ils proviennent du gouvernement. Cependant, ils restent silencieux lorsqu’elle est réalisée par des entreprises privées.

«Il existe des systèmes de collecte en temps réel avec des capacités de calcul qui dépassent, et de loin, les capacités des gouvernements. Les principaux exemples sont Facebook, Google, Amazon, entre autres. Il s’agit de plates-formes auxquelles nous remettons volontairement et même inconsciemment des données en masse. Ensuite, ils sont utilisés pour influencer et exercer un certain contrôle sur nos goûts, nos pensées et nos actions. L’exemple le plus clair est celui de Cambridge Analytica».

Lenin Maury
cedula
Un Vénézuélien montre sa carte d’identité et sa carte nationale. Photo: Web

Des millions d’affiliés

Malgré les critiques, la dynamique du Carnet de la Patrie a prouvé son utilité sociale. Actuellement, il compte près de 18,5 millions d’affiliés, selon le dernier rapport de la vice-présidence. De plus, il est clair que toutes ces personnes ne sympathisent pas avec le gouvernement. C’est pourquoi la campagne qui cherche à le présenter comme un instrument purement politique ne tient plus.

«Tout système qui recueille des données est susceptible d’être utilisé à des fins cachées. Le plus important ici est d’établir un contrepoids et, grâce à la surveillance des citoyens, de s’assurer que cet outil est utilisé aux fins pour lesquelles il a été créé», a déclaré Maury. Cet objectif central est le transfert de bénéfices aux populations et la génération de politiques publiques basées sur leurs besoins.

Carnet

À quoi sert le Carnet de la Patrie ?

Il s’agit d’un document d’identité avec un code QR unique, qui attribue à chaque bénéficiaire un utilisateur dans le système Patria. La plate-forme numérique offre certaines des fonctionnalités suivantes :

  • Échange contre du pétrole : vous pouvez acheter, économiser, acquérir et dépenser (Biopago) ce crypto-actif.
  • Système d’Épargne-Or : par le biais du Plan d’Épargne-Or.
  • Portefeuille Virtuel : collection de bons sociaux par transfert de fonds ou paiements directs dans les magasins.
  • Paiement des Services Publics : ils rejoignent le portefeuille et les ressources sont directement déduites des obligations.
  • Recensement et enregistrement des bénéficiaires/utilisateurs de certains programmes sociaux.
  • Stockage d’informations socio-personnelles et familiales sur la population.

Enfin, il est essentiel de ne pas oublier d’où proviennent bon nombre des critiques du carnet. Ce sont les mêmes secteurs qui, en 2006, ont affirmé que les ampoules à économie d’énergie importées par le Gouvernement étaient munies d’une caméra cachée et envoyaient toutes les informations à Cuba ; et qui, il y a quelques mois, ont averti que l’essence importée d’Iran contenait des nanotechnologies pour contrôler les mouvements des vénézuéliens.

Cela peut vous intéresser …

Compártelo

Comentarios