Les promesses de Biden et Trump aux Vénézuéliens

L'administration américaine actuelle a déclaré il y a quelques semaines qu'elle avait lancées une campagne de "pression maximale" contre le pays sud-américain
Publicado en

Francés

0 0


Trump Biden

À moins de 100 jours de l’élection présidentielle aux États-Unis, les deux candidats à la Maison Blanche, Donald Trump et Joe Biden, promettent d’intensifier la politique de Washington contre le Venezuela

Tant le républicain que le démocrate promettent d’augmenter la pression et le blocus total, ainsi que les mesures coercitives unilatérales qu’ils imposent aux Vénézuéliens et qui se traduisent par la détérioration de leur qualité de vie. 

Les deux candidats essaient de promouvoir leurs campagnes avec la question du Venezuela, toujours utilisée comme amorce dans les processus électoraux dans différents pays du monde, en particulier en Amérique et en Europe, dans le but d’influencer les résultats. 

Les promesses de Trump et de Biden sont claires : continuer à intensifier les politiques anti-vénézuéliennes et augmenter le blocus contre le gouvernement du président Nicolás Maduro, qu’ils entendent illégitime afin de voler des ressources d’État à l’étranger. 

Dans un récent rapport de Voix d’America (VOA) – média au service du gouvernement des États-Unis – ont interviewé des représentants des deux candidats pour connaître leur position par rapport au Venezuela.

Biden

Biden et Trump intensifieront le blocus

Un des «stratèges» du parti républicain et membre des Latinos pour Trump, Jesús Márquez, a déclaré à VOA que Trump «a pour thème principal à son ordre du jour, continuer à soutenir» contre «le régime de Maduro», qui – selon – «grâce» au président américain actuel «s’est affaibli».  

«Poursuivre les sanctions contre le régime vénézuélien et permettre (…) à Guaidó de continuer à se renforcer grâce au soutien de Donald Trump. Il faut se rappeler que le président a été le premier à le reconnaître sur la scène mondiale», a déclaré le porte-parole républicain.   

Pendant ce temps, Juan Sebastián González, stratège pour le Parti démocrate et ancien conseiller de Biden, a souligné que le candidat «soutient les sanctions», mais affirme que «elles doivent être des sanctions bien pensées et coordonnées».   

«Il travaillera avec la communauté internationale pour mobiliser davantage de pression sur le régime de Maduro. Il soutiendrait une réponse à la situation humanitaire beaucoup plus large qui inclurait un soutien à des pays comme la Colombie et les Caraïbes», a déclaré le représentant de Biden qui n’a pas mentionné Juan Guaidó.   

Il n’a ajouté que «aussi» le candidat démocrate «s’en prendrait à chaque billet volé à l’État vénézuélien par le régime corrompu, qui est actuellement celui du Venezuela».

Trump

«Soutenir» ou complices des gouvernements ?

L’assaut des candidats, selon ce que disent leurs porte-parole, pour continuer à bloquer le Venezuela et à faire pression sur Maduro a fondamentalement besoin d’une «collaboration dans la région»

«À l’heure actuelle, les États-Unis aident beaucoup la Colombie (…) le soutien va être renforcé sur tous les fronts, à la fois économiquement et socialement et en tout cas», dit Márquez.  

Le porte-parole de Trump ajoute que «pour le moment, il n’y a pas de politique spécifique sur le Venezuela, mais ce que nous savons, c’est que nous allons continuer à soutenir (…) pas tant les gouvernements qui deviennent soudainement totalitaires».

Pour sa part, González déclare : «Nous devons faire pression sur le régime pour qu’il laisse entrer les organisations humanitaires».

En outre, le représentant de Biden a indiqué qu’il « élargirait la réponse économique de l’aide humanitaire au Venezuela, exigerait la libération des prisonniers politiques et accorderait aux Vénézuéliens exilés aux États-Unis un statut de protection temporaire», connu sous le nom de TPS, pour leur acronyme en anglais.

Biden

«Maduro est devenu plus fort»

Au milieu de tout cela, l’administration Trump a déclaré il y a des semaines qu’elle avait lancé une campagne de «pression maximale» contre le Venezuela.   

Cependant, ces derniers jours, les discours de ses porte-parole semblent devenir un peu ambigus lorsqu’ils disent que les Vénézuéliens doivent résoudre leurs affaires et que l’idée d’une invasion militaire du pays sud-américain est quelque peu «surréaliste»

Pour sa part, Biden allègue que Trump a «échoué» avec sa politique à l’égard du Venezuela et de Cuba, ce qui, selon lui, pourrait renverser la situation s’il remportait les élections de novembre.   

«C’est un échec abject depuis son entrée en fonction», a déclaré Biden lors d’un récent entretien, dans lequel il a souligné que le président Nicolás Maduro «a été renforcé»

De même, il a ajouté que Trump «a éliminé les partenaires internationaux, les partenaires aliénés et sapé la cause de la démocratie». 

En référence à Cuba, Biden a déclaré qu’il avait l’intention de poursuivre la ligne de l’ancien président Barack Obama (2009-2017), pour rétablir les relations.

«Mon plan est de suivre une politique qui favorise les intérêts et donne au peuple cubain les moyens de déterminer librement son propre résultat et son avenir», a-t-il déclaré. Il a ajouté que Trump «n’a rien fait pour promouvoir la démocratie et les droits de l’homme».  

Pendant ce temps, le magnat Donald Trump insiste pour dire que «Biden est un cheval de Troie du socialisme».

Comentarios