Dignidad Ahora

Panama : la réforme constitutionnelle qui vise à imposer la droite au profit de l’entreprenariat

Le projet modifie 96 articles, dont les plus rejetés sont ceux qui établissent le mariage entre homme et femme, et l’augmentation de salaire pour les députés de l’Assemblée nationale
Publicado en

Francés

0 0


Depuis plusieurs semaines, le Panama vit un processus politique et social qui met en évidence les inégalités de ce pays et en même temps, les revendications des minorités au pouvoir politique et économique qui cherchent à imposer une réforme constitutionnelle qui leur soit bénéfique dans tous les domaines.

Protestations populaires dénonçant l’arbitraire que ces secteurs prétendent imposer à la grande majorité des Panaméens, ont mis en évidence les raisons pour lesquelles une grande partie de la population est mécontente du modèle politique actuel et ont mis en évidence le véritable contexte de la réforme constitutionnelle promue par le gouvernement.

Le président actuel Laurentino “Nito” Cortizo, a promis, durant sa campagne électorale, de poursuivre le processus constitutionnel promu par son prédécesseur, Juan Carlos Varela, mais pas dans le but de revendiquer véritablement les luttes populaires, mais plutôt, qu’il assouplisse et rende plus permissive la Magna Carta au profit du secteur des entreprises.

C’est pourquoi l’adoption de la Nouvelle Constitution est devenue une priorité pour le nouveau gouvernement, qui n’a pas accompli six mois de gestion, a laissé plus de 95 personnes arbitrairement détenues et de nombreuses violations des droits constitutionnels contre des manifestants opposés aux réformes préconisées par le gouvernement à proximité immédiate de l’Assemblée Nationale.

Un article publié par le Centre Stratégique Latino-Américain de Géopolitique (CELAG) traite de la situation au Panama et explique en détail comment «Tout semble indiquer que, par la force, une constitution politique sera imposée au profit du secteur des entreprises du pays canalaire ; un pacte des minorités».

Panama et la réforme constitutionnelle de Cortizo

Le CELAG explique qu’avant de prendre ses fonctions, Cortizo a rencontré la présidence du Conseil de la Concertation Nationale pour le Développement (CCND) par Michelle Muschett. Cette réunion a eu lieu au nom de la transition des gouvernements (sortant et entrant), étant entendu que Cortizo serait à la tête de la Concertation dès le début de son mandat présidentiel (juillet 2019).

Le CCND a été créé dans le cadre de la discussion sur l’extension du canal de Panama en 2006. C’est la loi n° 20 de 2008 qui a fondé cet espace de dialogue et de consultation réunissant divers secteurs qui, de manière participative et concertée, œuvreraient à la recherche d’accords et de consensus sur des thèmes nationaux pertinents.

Pana

En théorie, la Concertation se composait de : i) la Présidence de la République, qui dirige la Concertation ; ii) le secteur des entreprises ; iii) le secteur ouvrier ; iv) les peuples autochtones ; v) les établissements d’enseignement ; vi) Les organisations non gouvernementales et vii) l’Église. Toutefois, la perception du public a montré que le secteur le plus représenté dans la Concertation était celui des entreprises et que c’était lui qui décidait de la marche à suivre, comme cela a été confirmé par la suite.

Après quatre séances plénières et quatre ateliers de travail, qui ont débuté en février, la CCND est parvenue à un accord sur le projet de réforme constitutionnelle. Après avoir pris connaissance de la proposition, Cortizo a présenté le projet de réforme à l’Assemblée Nationale des députés en octobre.

C’est le 14 octobre que l’Assemblée s’est réunie en session permanente pour examiner et adopter les trois volets de la réforme constitutionnelle et y apporter les modifications suivantes : selon les citoyens, ils encouragent la corruption et donnent trop de pouvoir au législateur.

Cette déclaration a été le point de départ des mobilisations populaires, après avoir mis en évidence que les réformes constitutionnelles seraient discutées par le secteur des entreprises panaméen et au sein d’un organe profondément illégitime pour la majorité de la population, comme l’est l’Assemblée nationale des députés.

Une grande partie de la population réclame la convocation d’une assemblée constituante originelle, comme on l’appelle au Panama– qu’intègre l’ensemble des secteurs de la société et qui permette d’établir un dialogue sur les normes fondamentales de la coexistence sociale. Il est entendu que, dans le cas contraire, le Panama sera de nouveau régi par un pacte conclu entre les minorités dirigeantes qui favorisent le système inégal qui existe dans le pays.

Panamá

Réformer le pouvoir contre la discrimination et le rejet populaire

La proposition de réforme constitutionnelle modifie un total de 96 articles, dont les plus rejetés sont ; i) l’établissement du mariage entre homme et femme, en laissant de côté la possibilité du mariage égalitaire; ii) Augmentation du salaire des députés de l’Assemblée nationale; iii) Renforcement des pouvoirs de l’Assemblée Nationale en créant la possibilité de nommer un procureur qui pourrait enquêter sur le Procureur Général et le Procureur de l’Administration; iv) la possibilité pour l’Assemblée Nationale de censurer les Ministres de la République; v) la modification du budget national.

Mais les manifestations de masse se ferment aussi dans le rejet de la corruption et de la discrimination. Selon le sociologue et professeur d’université Marco Gandáseghi, la réforme supprime la règle “le pouvoir public n’émane que du peuple” elle le remplace par le pouvoir public du peuple”, donnant ainsi une ambiguïté au concept.

Ainsi, le contenu du projet de constitution politique du Panama est essentiellement conservateur et tend à créer une camisole de force pour maintenir les relations sociales injustes qui existent actuellement. Contrairement à la Constitution politique de 1946, qui croyait en un pays dynamique et promouvait des changements sociaux (le nouveau titre social), la proposition actuelle fait tout le contraire”, affirme Gandáseghi cité par le CELAG.

Parmi les autres nouveautés de la proposition de réforme, il convient de mentionner les notions de sécurité nationale“, “santé publique” et “protection du travail pour les ressortissants” comme base de la législation sur les migrations. Ces questions dénotent l’approfondissement des processus de criminalisation, de discrimination et de pathologie de la population migrante au Panama, tous autorisés par la Constitution.

En outre, il dispose que “nul ne peut être privé de liberté pendant plus de 24 heures”, au titre de l’article 121, ce qui porte atteinte aux libertés fondamentales en démocratie et au droit à une procédure régulière. Le droit à une procédure régulière a déjà été violé lors des diverses manifestations contre les réformes constitutionnelles.

Panamá

Les jeunes jouent un rôle clé dans la lutte sociale au Panama

Les jeunes ont joué un rôle clé dans la résistance aux réformes constitutionnelles, rassemblées dans un premier temps pour défendre l’éducation publique. Ces mobilisations ont eu une incidence sur l’élimination par l’Assemblée Nationale des articles modifiant le budget universitaire.

Au cours des affrontements avec la police, 40 à 50 personnes ont été arrêtées les 30 et 31 octobre. Les arrestations et la répression ont touché des personnes qui ne participaient pas au rassemblement, au point de les priver de leur liberté en passant près de l’Assemblée. Ils ont également été touchés par les gaz lacrymogènes lancés par la police. À l’époque, plus de 90 jeunes ont été poursuivis pour atteinte à la coexistence pacifique, bien que les accusations aient été retirées.

Les violences policières sont généralisées et i) un groupe de personnes arrêtées ont été aspergées de gaz lacrymogène dans une patrouille de police; ii) Le refus de soins médicaux aux personnes privées de liberté qui ont souffert d’asthme dû au gaz poivre ou qui ont été battues par la police; iii) Un policier a pointé une arme à feu sur un jeune manifestant, violant ainsi les règles relatives au port et à l’utilisation d’armes lors de manifestations, entre autres.

C’est précisément l’usage abusif de la police et de la force qui, pour les personnes mobilisées, exige la convocation d’une Assemblée Constituante Originelle qui garantisse un dialogue entre les différents secteurs de la société panaméenne. En outre, les jeunes proposent que la lutte contre la corruption soit inscrite dans la Constitution.

Le conflit, à cet égard, est profondément antagonique car les concessions de l’exécutif et du Parlement n’atteignent pas la demande populaire. Ces secteurs n’ont pas intérêt à convoquer une assemblée constituante large et diverse, mais optent pour le mécanisme parallèle, par lequel la Constitution peut être modifiée à condition que deux mandats législatifs et un plébiscite aient lieu. Les rassemblements ont repris en novembre, tout comme la répression étatique, ce qui ajoute le Panama à la liste des pays d’Amérique latine où la démocratie est profondément remise en question.

Panamá

Qu’est-ce qui peut arriver?

Il est difficile d’élucider les scénarios possibles. Le point de départ est la confrontation de deux positions politiques fortement contradictoires : le Gouvernement et l’Assemblée Nationale mènent un processus de réforme constitutionnelle par le biais du mécanisme parallèle, alors que les personnes mobilisées exigent un processus constitutionnel originel garantissant la participation de tous les secteurs sociaux.

À cet égard, le premier scénario serait que le Gouvernement et l’Assemblée ne cèdent pas à la pression de la rue et poursuivent le débat sur les réformes constitutionnelles, qui sera repris en janvier, après la pause législative. Cela aurait des répercussions sur la répression croissante ainsi que sur les poursuites judiciaires engagées contre les manifestants.

En outre, au cours du premier semestre de 2020, le pouvoir exécutif devra organiser et organiser un plébiscite en vue de modifier la Constitution, qui sera rejetée par la majorité de la société panaméenne. Une fois les réformes rejetées, le Panama connaîtrait un processus de tension dans lequel les pouvoirs factuels seraient très probablement chargés de légaliser les réformes constitutionnelles par une voie non consultative.

Un deuxième scénario, moins probable, est lié à la recrudescence des mobilisations contre les réformes constitutionnelles, avec l’ajout d’autres secteurs comme le féministe, l’écologiste et les peuples autochtones. Cette recrudescence entraînerait une nouvelle répression et judicialisation de la protestation jusqu’à ce que l’Assemblée Nationale cède et retire le projet de la Concertation Nationale et que l’exécutif convoque un processus constitutionnel originel.

En définitive, le Panama s’associe à la liste des pays où la démocratie et le système néolibéral sont profondément remis en question. Un changement structurel est le pari de la jeunesse mobilisée, face à une classe dominante qui s’accroche au statu quo et au pouvoir, et qui soutient à la fois un système profondément inégal et une politique de compromis de l’un des points géostratégiques les plus importants de la région : le canal. L’adoption de nouvelles modifications qui restreignent davantage les droits de la population formerait ainsi un nouveau pacte entre la minorité au pouvoir.


Comparte 👍

Comenta 💬