Simonovis : voici le casier judiciaire du «Commissaire à la Sécurité» de Guaidó

Les médias le présentent comme une victime ‘du régime chaviste’, un ‘prisonnier politique’ et un ‘bon père de famille’
Publicado en

Francés

0 0


Simonovis

Les médias le présentent comme une victime ‘du régime chaviste’, un ‘prisonnier politique’ et un ‘bon père de famille’. Dans le même temps, ils font taire ses crimes et, surtout, sa condamnation en tant que meurtrier au Venezuela. Son nom est Iván Simonovis.   

Simonovis était commissaire de police à Caracas. Il est responsable de diverses stratégies violentes menées par l’extrême droite depuis au moins deux décennies. Maintenant, il participe à l’Opération Boycott, créée avec uribisme de Colombie. Son objectif est d’assassiner des députés, des gouverneurs, des proches de hauts fonctionnaires et même le procureur général, Tarek William Saab.   

Son casier judiciaire rebondit jusqu’au 11 avril 2002. Ce jour-là, au moins 19 Vénézuéliens ont été assassinés dans les rues de Caracas. Le responsable de ce massacre, commis de sang-froid et en plein jour, était Simonovis. À cette époque, il était chef de la sécurité du Bureau du Maire de la Métropole de Caracas. Aujourd’hui, il prétend être «Commissaire Spécial pour la Sécurité et le Renseignement du Gouvernement Intérimaire du Venezuela». En d’autres termes, c’est aujourd’hui une invention de Juan Guaidó.

Ce conseil, aujourd’hui disparu, était dirigé par Alfredo Peña, un farouche opposant au gouvernement d’Hugo Chávez. L’ancien maire est devenu un fugitif de la justice, alors qu’il s’enfuyait après ces événements sanglants connus au Venezuela sous le nom de «Massacre du Pont de Llaguno».

Certains de ces meurtres ont été diffusés en direct et directement sur différentes chaînes de télévision privées. Ils ont tous profité de la confiance des téléspectateurs captifs dans leurs signaux pour blâmer le gouvernement d’Hugo Chávez.

Les événements ont abouti à un coup d’État, qui 72 heures plus tard a été annulé par le peuple vénézuélien lui-même. Derrière chaque personne assassinée, il y avait une stratégie conçue, ordonnée et exécutée par le chef de la police métropolitaine, Simonovis. Il s’est appuyé sur des mercenaires et des tireurs d’élite engagés par l’opposition, et sur de fausses allégations diffusées par les médias privés.

Asesino Masacre
L’un des tués sur le pont de Llaguno cet après-midi du 11 avril 2002

Certes, les témoignages graphiques et audiovisuels sur les actions de la Police Métropolitaine (PM) sont nombreux. Le célèbre commissaire, avant le massacre, était très acclamé par les médias. Ils ont vanté leur prétendue «lutte contre la criminalité» et l’utilisation «d’armes sophistiquées» apportées directement des États-Unis.

Mais, dans cette «lutte» contre le crime, Simonovis a tué des dizaines de «criminels» présumés. Pour cette raison, ses actions lors du massacre ont mis en doute la véracité de ses actions et de ses pensées. Les enquêteurs affirment que les victimes présentées comme des confrontations présumées avec des criminels étaient au contraire des exécutions extrajudiciaires et des faux positifs.

Simonovis a été reconnu coupable de crimes contre l’humanité et de violations «graves et flagrantes» des droits de l’homme. Il a également été accusé d’avoir dirigé un massacre armé contre une manifestation pacifique. Pour tout cela, il a été condamné à purger la peine maximale au Venezuela : 30 ans de prison.

Avec lui, deux policiers sous sa responsabilité ont été reconnus coupables de meurtre : Lázaro Forero et Henry Vivas, chefs de la PM. De même, six autres policiers ont également été enfermés pour leur complicité dans les événements.

Venezuela
Álvaro Uribe et Leopoldo López se rencontrent en Colombie

Simonovis, violateur des droits humains

Le profil de Simonovis ne le décrit pas exactement comme un homme honnête et exemplaire. L’image que les médias internationaux enclins aux intérêts de Washington et des États-Unis essaient d’imposer est fausse. Les médias le présentent comme une victime «du régime chaviste», un «prisonnier politique» et un «bon père de famille». En même temps, ils font taire ses crimes et ses mensonges, mais surtout sa condamnation en tant que meurtrier et auteur du «Massacre du Pont Llaguno». 

La justice a tardé à venir pour Simonovis. Bien qu’il ait été arrêté en 2004, c’est en 2009 qu’il a finalement été condamné à l’issue d’une longue et tortueuse procédure judiciaire.  

Simonovis masacre
Monument placé sur le pont de Llaguno en l’honneur des victimes du massacre

Le juge a allégué que le chef de la police était coupable de «complicité nécessaire dans l’exécution d’un homicide qualifié, consommé et frustré ; blessures graves, très graves, moins graves et mineures». Lors de ce massacre, les 19 victimes mortelles ont participé à deux marches. L’un a été appelé par les partisans de Chávez et un autre par l’opposition.

L’ampleur et la gravité de sa condamnation résident dans le fait que la phrase impute la «paternité intellectuelle» des faits. En d’autres termes, Simonovis a planifié tout ce qui s’est passé ce jour-là. Cela inclut les actions menées par ses subordonnés, qui ont attaqué les victimes avec des armes de guerre telles que des mitraillettes HK et des fusils AR15, amenées au Venezuela dans un accord que le PM a convenu avec les États-Unis. 

simonovis
Leopoldo López lors de la tentative de coup d’État du 30 avril 2019

Guaidó récompense Simonovis pour ses meurtres

Avec ce bilan, il est aujourd’hui le «Commissaire Spécial pour la Sécurité et le Renseignement» de Juan Guaidó». Ce serait la position la plus élevée en la matière pour la tentative d’état parallèle que l’auto-proclamé entend créer. Il a même le soutien du président américain sortant, Donald Trump, pour cela.

L’annonce du nouveau poste de Simonovis vise à saper l’ordre constitutionnel et la démocratie au Venezuela. Avec le faux «ambassadeur» Guaidó à Washington, Carlos Vecchio, il fait partie d’un groupe qui a volé des milliards de dollars au Venezuela. Ils l’ont fait en usurpant les fonctions gouvernementales, en complicité avec Trump, l’Union Européenne et d’autres gouvernements latino-américains serviles. 

La mission du fugitif de la justice est de travailler «en coordination» avec la Central Intelligence Agency (CIA) et la DEA. Ce département Anti-Drogue américain a été expulsé par le président Hugo Chávez (1999-2013), en raison de ses liens avec le trafic de drogue.

Simonovis est arrivé aux États-Unis après s’être échappé du statut de maison en prison dont il jouissait pendant cinq ans. La justice vénézuélienne lui a accordé cette prestation car il souffrirait de «19 pathologies différentes» qui affectaient sa santé. Cependant, les images du conservateur lui donnent une belle apparence.

Depuis son arrestation, il a réussi à rédiger une autobiographie : «Le Prisonnier Roux», publiée en 2013. Les pathologies présumées qui ont «compromis sa vie» étaient : syndrome du tunnel Carpio, hernie discale, cervicalgie, scoliose lombaire, reflux biliogastrique, entre autres. Certains d’entre eux pourraient être considérés comme «normaux» chez une personne de son âge : 59 ans. 

Juan Guaidó avec l’un de ses complices, le président colombien Iván Duque

Au milieu de cette situation carcérale, Simonovis profite de la complicité de ses gardiens pour s’échapper de son domicile. Ainsi, il a fui la Colombie jusqu’à finalement atteindre Washington. 

Guaidó lui-même a informé les médias que Simonovis ne s’était pas échappé, mais avait été «libéré» par lui. Il y a eu complicité avec les gardiens du Service de Renseignement Bolivarien (Sebin) et le déserteur des forces armées Manuel Cristopher Figuera, qui vit également dans la capitale américaine. 

Pour l’instant, le crime d’évasion et la complicité de Guaidó est un autre sommet du disque de Simonovis, qu’il semble vouloir développer. C’est aussi un délit qui ajoute le «président» autoproclamé son casier judiciaire.

Le plan séditieux et criminel de Leopoldo López, Guaidó, Simonovis et d’autres membres de l’extrême droite se poursuit. Désormais, l’objectif est d’amener les États-Unis à décider enfin d’envahir le Venezuela. Son plus grand désir est de mettre fin au gouvernement de Nicolás Maduro, élu en 2013 et 2018. Bref, Simonovis est déjà en action et l’une de ses propositions est d’activer une coalition militaire étrangère au Venezuela.  

Actuellement, la Cour Suprême de Justice du Venezuela a récemment demandé son extradition des États-Unis pour des poursuites sur le territoire vénézuélien. Simonovis est accusé de crimes d’homicide intentionnel classés à un degré de frustration contre Maduro, trahison, trafic illicite d’armes de guerre, terrorisme et association.

Simonovis
Simonovis est salué par les médias privés comme un homme «très préparé» en matière de sécurité

Le jour du «Massacre du Pont Llaguno»

Le Pont Llaguno est un passage à niveau pour véhicules surélevé situé sur l’avenue Urdaneta à Caracas. À environ 200 mètres se trouve le Palais Miraflores, siège de l’exécutif. En dessous, le pont permet le passage de l’avenue Baralt, une importante artère routière au centre de la capitale.

L’emplacement du pont est stratégique, car il est intersecté avec trois coins de paroisses voisines. Il a été déclaré Patrimoine Culturel du Venezuela le 9 avril 2012, en l’honneur de ceux qui sont tombés lors du massacre et en commémoration du 10e anniversaire de l’événement.

Le 11 avril 2002, dans la matinée, une manifestation massive de citoyens opposés à Chávez s’est réunie devant le siège de Petróleos de Venezuela.

masacre simono
Vue de l’avenue Baralt du côté de la concentration Chavista le 11 avril 2002

Pendant des heures, cette messe a reçu des messages haineux contre le Chavisme, diffusés par les «dirigeants» de l’opposition. Le dernier de ces porte-parole était le secrétaire général de l’époque de la Central de Trabajadores de Venezuela, Carlos Ortega. Au milieu de son discours, il a annoncé : «N’écartons pas que cette masse, que ce fleuve humain se dirige vers Miraflores».

L’appel a été accepté par la foule qui s’est précipitée pour «faire sortir Chávez de Miraflores». Là, devant le palais du gouvernement, il y a eu une concentration massive de soutien au président dès le petit matin.

Les membres de la PM ont eu l’occasion d’arrêter la marche de l’opposition, un kilomètre avant la concentration chaviste. Mais, le plan de Simonovis était de créer le chaos et il a ordonné aux adversaires de passer.

masacre simonovis
Vue de la marche de l’opposition et de la concentration chaviste en arrière-plan

Une fois que les adversaires et les Chavistas étaient à moins de 100 mètres, les insultes ont commencé. Les pierres allaient et venaient dans les airs et des «détonations» ont commencé à partir des bâtiments situés dans la région. Côte à côte les gens étaient tués par des coups de feu qui leur montaient à la tête.

Les médias ont tout diffusé en direct, le chaos s’est généralisé et Chávez a été blâmé pour ces événements. Cependant, les photojournalistes et les gens ont enregistré des vidéos et pris des photos qui ont laissé les preuves nécessaires pour prouver que les prises de vue étaient l’œuvre de la PM et de ses tireurs d’élite.

L’idée était toujours de blâmer Chávez. Ainsi, ils justifieraient les déclarations des membres du Haut Commandement Militaire qui étaient au courant du plan. Son objectif ultime était de promouvoir la démission du président Chávez.

masacre simonovis
Moments de la prestation de serment de Pedro Carmona Estanga en tant que «président», après le massacre

Chávez n’a jamais démissionné. Il a fini par être kidnappé par un groupe de putschistes qui l’ont emmené sur une île, la base militaire d’Orchila, située dans l’est du Venezuela.

Pendant ces heures, les putschistes ont pris le pouvoir, éliminé les institutions de l’État et démembré l’appareil démocratique. Ainsi, ils ont établi une véritable dictature de facto, soutenue par le gouvernement américain et la direction de l’Église Catholique. 

Cependant, des soldats patriotiques qui se trouvaient encore à l’intérieur de Miraflores ont affronté le gouvernement autoproclamé, dirigé par l’homme d’affaires Pedro Carmona Estanga. Ce dernier a prêté serment devant les médias et un groupe de putschistes qui ont signé un document qui l’accréditait comme «chef d’État d’un gouvernement de transition».

masacre simonovis
Moment où Simonovis est capturé, des années après le massacre

En quelques heures, les putschistes ont été expulsés de Miraflores, grâce à l’armée patriotique et à une masse de personnes qui ont encerclé le Palais du Gouvernement et ont exigé le retour de Chávez.

Le 13 avril, Chávez était déjà de retour à Miraflores. Des militaires fidèles et des gens consciencieux l’ont ramené au Pouvoir. Le coup d’État avait échoué.

Mais, dans l’incertitude de ces jours, de nombreux incidents et crimes contre l’humanité ont été enregistrés. La plupart ont été exécutés par la police métropolitaine dirigée par Simonovis. En outre, les dirigeants du Chavisme ont été persécutés, ils ont été capturés et arrêtés et injustement accusés du massacre. Les comploteurs du coup d’État avaient besoin de faux positifs pour se débarrasser de leur culpabilité, bien qu’ils aient finalement été incapables de le faire.

Un autre fugitif de la justice vénézuélienne, Leopoldo López, est également responsable de ces persécutions. Il était alors Maire de la Municipalité de Chacao dans l’État de Miranda, le centre opérationnel de l’opposition. Il est aujourd’hui à la tête de Juan Guaidó, qu’il dirige depuis la protection offerte par le Royaume d’Espagne.

Cela peut vous intéresser …

Compártelo

Comentarios