Sicariats en Colombie : six victimes au cours du premier week-end de l’année

Les sicariats, les assassinats sélectifs et les massacres en Colombie ne s’arrêtent pas en 2021
Publicado en

Francés

0 0


Sicariatos

Les sicariats, les assassinats sélectifs et les massacres en Colombie ne s’arrêtent pas en 2021. Les victimes sont toujours des leaders sociaux, d’anciens guérilleros, des politiciens, des indigènes et des paysans. La première semaine de l’année, on dénombre six victimes de ce type de crime contre l’humanité. Parmi eux se trouvent deux anciens combattants des FARC, une femme, deux enseignants et un adolescent indigène.

Selon les rapports de police, le dernier meurtre en date a été commis par un ancien combattant des FARC, Duván Arled Galíndez Nadia. Son meurtre a eu lieu le samedi 2 janvier à Cartagena del Chairá, département du Caquetá, dans le sud de la Colombie.

Le commandant de la police de Caquetá, le colonel Franklin Cruz, a déclaré que Galíndez Nadia figure sur la liste des personnes réincorporées dans les FARC éteintes. «Il a été attaqué par un homme armé après avoir quitté un établissement public dans le quartier d’Antioquia à Cartagena del Chairá».

«La victime a été emmenée à l’hôpital de la municipalité, où il est morte plus tard des suites de ses blessures», a-t-il ajouté. Au vu de ce qui s’est passé, la police et le parquet prennent «toutes les mesures nécessaires pour clarifier ce fait. L’objectif est de trouver les responsables le plus rapidement possible et de les traduire en justice».

La sénatrice Victoria Sandino, du parti de la Fuerza Alternativa Revolucionaria del Común (FARC), a dénoncé le crime sur Twitter. «Deuxième meurtre à ce jour en 2021. Nous exigeons la pleine application de l’Accord de Paix» ! a écrit la députée.

Le premier sicariat était contre deux femmes

L’affaire de Galindez s’ajoute à celle dénoncée vendredi dernier, le 1er janvier, par le représentant de la Chambre Omar Restrepo. Selon le fonctionnaire, Yolanda Zabala a été le premier ancien combattant des FARC à être tué en 2021, victime des sicariats.

Le crime a été perpétré par des inconnus – selon la police – dans la municipalité de Briceño, département d’Antioquia (nord-ouest). La sœur de l’ancien guérillero, Reina Zabala Mazo, a également été assassinée lors de cet événement.

Ces crimes portent à 251 le nombre d’anciens guérilleros tués dans des délits de fuite depuis la signature de l’accord de paix en novembre 2016. Ce nombre a augmenté depuis que l’actuel chef d’État, Iván Duque, a décidé de rompre le pacte.

En juillet dernier, la Juridiction Spéciale pour la Paix (JEP) a ordonné à plusieurs institutions, dont le Bureau du Procureur et le Bureau Consultatif Présidentiel pour la Stabilisation et la Consolidation, de prendre des mesures de protection en faveur des anciens membres des FARC.

victimes

Deux enseignants et un adolescent indigène

La police a également signalé le meurtre du professeur Diego Betancourt Higuera. Son corps a été retrouvé le vendredi 1er janvier dans le village de Paloma, qui fait partie de Yopal. C’est dans la capitale départementale de Casanare, dans l’est de la Colombie.

«Il avait disparu depuis le matin du 31, alors qu’il allait chercher des amis pour aller à la ferme, mais il ne l’a pas fait. Vers midi, sa famille a commencé les recherches et l’a trouvé après avoir sauté par-dessus le mur de l’école, dehors, là où il dormait». Ceci a été rapporté par le commandant de la Police de Casanare, le colonel José Rafael Miranda.

L’agent a ajouté qu’il «ce n’était pas un problème de vol». La victime avait les clés pour ouvrir les différentes zones de l’école, de l’argent et son véhicule était sur les lieux. «Nous pensons que c’est peut-être plus une question de coexistence», a déclaré le commandant de la Police de Casanare.

Sicariatos

Un jour plus tard, les autorités ont signalé le meurtre d’un autre professeur et d’un adolescent. Ce crime s’est produit pendant la célébration du Nouvel An dans une réserve indigène du département de Meta (centre).

«La Police Nationale regrette les événements qui ont conduit à la mort du monsieur Gerardo León, 68 ans, et de l’adolescent Esneider Amaya León, 16 ans», a déclaré l’institution dans un communiqué. Ils allèguent que l’incident se serait produit «en raison d’actes d’intolérance et d’ingestion d’alcool». Cependant, ce motif a été utilisé par l’uribisme pour dissimuler leurs exécutions extrajudiciaires.

La Colombie a vu couler un fleuve de sang à la suite des massacres perpétrés tout au long de l’année 2020. Ces événements violents nous rappellent la période la plus convulsive de la guerre : le régime d’Alvaro Uribe (2002-2010). L’ancien président a quitté la Colombie en proie à des fosses communes.

Cela peut vous intéresser …

Compártelo

Comentarios