miércoles, abril 8, 2020

Clés pour comprendre le soutien de l’Europe à l’Argentine devant le FMI

Une tournée internationale a permis à Alberto Fernández d'obtenir le soutien de quatre pays ayant un poids au FMI, qui représentent ensemble 14,2% des voix dans le corps

L’Argentine cherche à renégocier les termes de la dette qu’elle maintient avec le Fonds monétaire international (FMI), afin d’élaborer un plan lui permettant de surmonter la crise économique profonde qu’elle traverse. 

En effet, le gouvernement d’Alberto Fernández insiste sur la nécessité pour l’économie de croître avant de faire face à des échéances de dette de 57,1 milliards de dollars, contractées par l’administration de Mauricio Macri (2015-2019), dont ils sont déjà entrés dans le pays 44 milliards de dollars.   

Cela a été précisé par Fernández, lors d’une tournée qu’il a effectuée en Europe, et dans laquelle il a obtenu le soutien de plusieurs dirigeants du vieux continent, face aux négociations avec le FMI.

Le pape François aidera son pays

Dans son premier arrêt, à Le Vaticane, Fernández a reçu le soutien du pape argentin Francisco, qui – selon le président a déclaré après la réunion – « fera tout son possible pour aider son pays ». 

Le Souverain Pontife s’est conformé et, lors d’un discours au Vatican, organisé par l’Académie pontificale des sciences sociales (PACS), qui a réuni rien de moins que le ministre argentin de l’Économie, Martín Guzmán, et le chef du FMI, Kristalina Georgieva, Francisco a donné une impulsion importante aux efforts de l’Argentine.    

Lors de cette réunion, le Pape a cité Jean-Paul II qui, en 1991, a déclaré que bien que le principe selon lequel les dettes doivent être payées est juste, «il n’est pas légal, au contraire, d’exiger ou de réclamer un paiement lorsqu’ils viennent d’imposer des actions politiques qui ils entraîneront des populations entières à la faim et au désespoir ».    

« Dans ces cas, il est nécessaire (…) de trouver des moyens de réduire, retarder ou éteindre la dette, compatible avec le droit fondamental des peuples à la subsistance et au progrès », a rappelé Francisco. 

Francisco, qui avait Georgieva et Guzmán assis à côté de lui , a rappelé que les objectifs de développement durable reconnaissent également ce point , car ils appellent les gens à «aider les pays en développement à atteindre la viabilité de la dette à long terme, et par des politiques coordonnées visant à promouvoir son financement, ses secours et sa restructuration, selon qu’il convient; et s’attaquer au problème extérieur des pays pauvres et lourdement endettés pour réduire leur angoisse ».  

Lorsqu’il est venu à lui de prendre la parole, Guzmán a insisté sur la nécessité pour son pays de parvenir à la soutenabilité de la dette, car un ajustement budgétaire ne peut être effectué pour payer ces obligations lorsque cet ajustement met les plus pauvres en danger.

Pour sa part, Georgieva a déclaré que si l’Amérique latine voulait augmenter ses dépenses sociales, elle devrait augmenter « l’efficacité des dépenses ». Il n’a jamais prononcé les mots «dette» ou «crédit» ; ni « Argentine ».

L’Italie soutiendra l’Argentine

En Italie, Alberto Fernández a rencontré le premier ministre Giuseppe Conte et le président Sergio Mattarella, qui ont offert son soutien. 

Selon l’agence Télam, le chef de l’État argentin a pris de l’Italie la promesse de Rome que ses directeurs au FMI interviendraient en leur faveur dans les négociations sur l’encombrant endettement extérieur argentin.

Le dos de l’Allemagne

L’une des réunions les plus attendues du président a été celle qu’il a eue avec la chancelière allemande Angela Merkel, puisque Berlin détient 6% des voix au conseil d’administration du FMI, où tout accord de restructuration de la dette argentine doit être approuvé. 

Lors de la réunion, Mme Merkel a reconnu la situation difficile que traverse le pays sud-américain en raison de l’endettement élevé et a déclaré qu’il chercherait des moyens de résoudre ce problème.

«Nous savons que l’Argentine n’est pas dans une situation économique facile et il est important que nous parlions de nos relations économiques et réfléchissions à la manière d’aider. Nous tenons des réunions avec le FMI et nous en parlerons », a déclaré Merkel. 

Solidarité de l’Espagne

Fernández a poursuivi sa tournée en Espagne, où son homologue Pedro Sanchez a également exprimé sa solidarité « pour surmonter la situation économique et sociale difficile » que traverse l’Argentine, et son «soutien au processus de renégociation de la dette» avec le FMI.

Relacionado:  Maintenant ou jamais ! Avertissement de l'OPS selon lequel COVID-19 pourrait sauver des vies en Amérique

« Il m’a offert son soutien sincère afin que l’Argentine puisse prendre de l’avance et se lever », a déclaré Fernandez sur son compte Twitter.

Le soutien de l’Espagne est très important, car les liens entre les deux pays sont étroits. La nation européenne est le deuxième investisseur en importance en Argentine, où plus de 300 entreprises espagnoles opèrent. Buenos Aires est la troisième destination des exportations de Madrid vers l’Amérique latine et abrite la plus grande communauté espagnole du monde, près de 500 000 personnes.

La France sera aux côtés de l’Argentine

La dernière étape de la tournée de Fernandez a été Paris, et le président français, Emmanuel Macron, a assuré que son gouvernement serait à côté du pays sud-américain pour l’aider dans la renégociation de la dette avec le FMI. 

« La France restera avec vous et se mobilisera avec le FMI et d’autres partenaires pour aider l’Argentine à reprendre le chemin de la croissance, d’une dette soutenable », a déclaré Macron lors de la réception de son homologue argentin à l’Élysée.  

Relacionado:  The Nation : Le Pentagone savait il y a des années qu'un coronavirus approchait

« Aujourd’hui, nous assistons à tant de crises dans la région pour souligner cette force de l’Argentine : c’est le signe d’une grande responsabilité et la marque d’une volonté pour l’intérêt général de votre pays à une époque marquée par de nombreux défis », a-t-il ajouté.

Pour sa part, le président argentin a réaffirmé que la négociation de la dette « est une condition nécessaire à la croissance, et le Fonds monétaire international doit également nous écouter et nous aider cette fois ». 

«Aujourd’hui nous sommes plus accompagnés qu’avant»

La tournée internationale a permis au président d’assurer le soutien des pays ayant du poids au FMI : les quatre nations visitées totalisent 14,2% des voix et constituent le bloc le plus important après les États-Unis, avec 16,7%.  

Dans ses déclarations à la page 12, Fernández a fait une évaluation positive de ses rencontres avec les dirigeants européens et de l’impact que cela peut avoir au sein du FMI.   

«Le FMI doit voir ce qui se passe en Europe et comment l’Europe veut répondre à ce que l’Argentine offre comme solution. Il y a toujours des cas de dialogue et de négociation et il me semble qu’aujourd’hui nous sommes plus accompagnés qu’avant. Il y a une semaine, nous nous sentions un peu plus seuls et maintenant nous nous sentons très accompagnés de grandes puissances », a-t-il déclaré. 

Alberto Fernández.

Il a déclaré que la tournée était propice à montrer à l’Europe le vrai visage de l’Argentine et le modèle progressiste et ouvert au monde qui anime son gouvernement.  

« En Europe, certains pensaient que nous avions une vocation différente. Ces doutes ont été dissipés. Je pense que cela a beaucoup aidé. Aussi à ceux qui, de l’intérieur, croyaient que nous venions de nous marginaliser du monde. Ils doivent découvrir combien ils leur ont menti », a-t-il déclaré.

¿ Quel est l’intérêt de l’Europe « aide » en Argentine ?

Le soutien de l’Italie, de l’Allemagne, de l’Espagne et de la France, quatre des grands noms de l’Union européenne (UE), ouvre la question de savoir quel est l’agenda qui fait bouger ces pays ?   

Au-delà de l’intérêt pour l’Argentine à parvenir à un accord avec le FMI sur la restructuration de sa dette, l’Europe voit en Argentine une source de ressources comme le lithium, un métal léger appelé «or blanc» utilisé dans la fabrication des batteries de voiture. 

L’United States Geological Survey (USGS) place l’Argentine en quatrième position dans la production mondiale de lithium, derrière l’Australie, le Chili et la Chine, avec quelque 873 000 hectares d’exploitation disponibles. 

D’un autre côté, l’Union européenne, en particulier l’Allemagne, est en concurrence avec la Chine en Amérique latine et cherche des moyens de renforcer son impact dans la région.  

En septembre 2019, la Chine est devenue le principal partenaire commercial de l’Argentine, avec un échange commercial de près de 2 milliards de dollars, dont la moitié d’importations. 

La stratégie européenne est basée sur l’équivalence du pouvoir avec la Chine, plutôt que d’être désavantagée face à une grande puissance économique.

Veto ou soutien des États-Unis?

Bien que le soutien de l’Europe à l’Argentine dans ses négociations avec le FMI puisse être un facteur majeur, il n’est pas entièrement décisif pour faciliter un accord.    

Pour l’économiste et universitaire Juan Valerdi, l’Espagne, l’Italie, la France et l’Allemagne sont des «membres importants» de l’organisme mais « la décision finale est entre les mains des États-Unis », qui a un droit de veto au sein de l’organisme. 

Cependant, dans des déclarations à Spoutnik, il a déclaré que « bien qu’ils n’aient pas la capacité de décider, les pays européens ont un poids dans la discussion mondiale du nouveau système financier ».  

Pour le moment, le président américain Donald Trump semble vouloir «soutenir» la nation sud-américaine.  

« Comment va l’Argentine ? », A demandé l’ambassadeur d’Argentine à Washington, Jorge Argüello, lorsqu’il a présenté ses lettres de créance à la Maison Blanche. 

«Je lui ai dit que nous essayons de faire croître l’économie et de réduire le chômage. J’ai expliqué qu’une étape essentielle, essentielle est de reformuler les termes de la crise de la dette qui nous tient sous contrôle », a déclaré l’ambassadeur.  

«Je lui ai également fait part de l’attente qui existe dans mon pays d’avoir le soutien des États-Unis dans une négociation aussi complexe (…) Notre objectif stratégique est de croître à nouveau. Et pour cela, nous devons d’abord résoudre la crise de la dette. Ici, je veux m’arrêter, président, car notre pays à besoin du soutien de votre gouvernement », a ajouté l’ambassadeur.   

Selon Argüello, la réponse du locataire de la Maison Blanche a été positive. « Dites au président Fernández que vous pouvez compter sur ce président »,déclaré Trump, selon El Clarin.  

Compte tenu de cette réponse, il faut attendre que Trump indique les conditions de ce soutien au gouvernement Fernández.   Pour l’instant, l’ambassadeur Argüello a fait preuve de prudence et a déclaré que le premier signe de renégociation par l’administration Trump de la dette à laquelle l’Argentine doit faire face « ne signifie pas nécessairement qu’ils sont alignés sur les intérêts argentins »

Comentarios

Necesitamos de tu apoyo!

Por el periodismo comprometido con el medio ambiente y los movimientos sociales de Chile, Latino América y el mundo.

Tu donación es fundamental para mantener el equilibrio informativo y para que podamos seguir haciendo mejor periodismo en bien de nuestra sociedad.

¿Por qué necesitamos de tu aporte?
  • Tu donación ayuda a un equipo de más de 30 personas puedan concentrarse en generar contenido de calidad y siempre a favor de los pueblos.
  • Permites que tengamos un sitio web sin sobrecarga de anuncios publicitarios. Queremos evitar al máximo la aparición de marcas y que nuestro contenido siga siendo siempre libre.
  • Ayudas a que las luchas de grupos medioambientalistas, pueblos originarios y organizaciones sociales tengan siempre un espacio con oportuna y amplia cobertura noticiosa. *Datos Para Transferencia: Sociedad Periodística El Ciudadano Ltda. RUT. 76080231-K Cuenta Corriente 166-08438-07 Banco de Chile mail: [email protected]

Apóyanos , gracias :)

   Conocer más >
4,317,804FansMe gusta
394,753SeguidoresSeguir
394,332SeguidoresSeguir
17,600SuscriptoresSuscribirte

Edición Impresa El Ciudadano

Dona a El Ciudadano Necesitamos de tu apoyo!

Por el periodismo comprometido con el medio ambiente y los movimientos sociales de Chile, Latino América y el mundo.

Tu donación es fundamental para mantener el equilibrio informativo y para que podamos seguir haciendo mejor periodismo en bien de nuestra sociedad.

¿Por qué necesitamos de tu aporte?
  • Tu donación ayuda a un equipo de más de 30 personas puedan concentrarse en generar contenido de calidad y siempre a favor de los pueblos.
  • Permites que tengamos un sitio web sin sobrecarga de anuncios publicitarios. Queremos evitar al máximo la aparición de marcas y que nuestro contenido siga siendo siempre libre.
  • Ayudas a que las luchas de grupos medioambientalistas, pueblos originarios y organizaciones sociales tengan siempre un espacio con oportuna y amplia cobertura noticiosa. *Datos Para Transferencia: Sociedad Periodística El Ciudadano Ltda. RUT. 76080231-K Cuenta Corriente 166-08438-07 Banco de Chile mail: [email protected]

Apóyanos y obtén tu ciudadanía :)

   Donar >

#Covid 19 SARS-COV2

Los Más Leídos