Bombardements et massacres : c’est le scénario dévastateur que Trump laisse au Yémen

Le peuple américain est «à bout»
Publicado en

Francés

0 0


Yemen

Le peuple américain est «à bout». 48 heures après la tenue des élections présidentielles, un vainqueur n’est toujours pas connu. Si le Nevada gagne, Joe Biden serait élu. Cependant, il existe d’autres États qui n’ont pas non plus produit de résultats. Mais que Donald Trump reste ou reste, c’est l’image laissée par son mandat de quatre ans au Yémen.

Fin janvier 2017, quelques semaines après l’entrée en fonction de Donald Trump à la présidence des États-Unis, les troupes militaires américaines ont mené un «raid» dans le village d’al-Ghayil, dans le sud-ouest du Yémen. Ainsi, Trump a commencé son mandat : avec un bain de sang.  

Ce prétendu «raid», mené par des dizaines de soldats des forces spéciales américaines, on était soutenu par des hélicoptères. La mission – soi-disant – était d’attaquer des membres d’Al-Qaïda qui «croyaient» vivre dans ce village. En fin de compte, la mission «réussie», comme l’appelait Trump, n’était qu’un autre «massacre sanglant».

The Intercept dépeint ce jour-là au Yémen. Les militaires sont descendus sur le village, rasant les maisons avec des explosifs et remplissant les allées d’al-Ghayil de coups de feu. À la fin de la fusillade, des dizaines de civils yéménites ont été tués, tandis qu’un seul officier gringo a été tué. 

Yemen

Parmi les personnes tuées, de nombreux enfants se sont démarqués, y compris un jeune de huit ans, Nawar al- Awlaki, citoyen yéméno-américain. Nawar était la fille d’Anwar al- Awlaki, un Américain qui aurait rejoint un réseau local d’Al-Qaïda. Lui et son autre fils, Abdulrahman (15 ans), avaient déjà été tués dans une attaque de drone commandée par Barack Obama.

Des rapports ultérieurs incluaient Nawar parmi la douzaine d’enfants de moins de 13 ans tués dans l’attaque. Sa mort, ordonnée par Trump, a marqué le dernier chapitre tragique de la collision de la famille al- Awlaki avec Washington.

«Elle a été touchée par une balle dans le cou et a souffert pendant deux heures». Cela a ensuite été rapporté aux journalistes par son grand-père, Nasser al- Awlaki. «Pourquoi tuer des enfants? C’est la nouvelle administration», l’ère Trump, «c’est très triste, un grand crime».

Yemen

Le rapport sur l’offensive au Yémen

Un nouveau rapport du groupe de surveillance indépendant Airwars a été publié le mercredi 28 octobre. Le document offre une image plus claire de l’impact dévastateur de l’administration Trump au Yémen.  

Le rapport intitule “Eroding Transparency: US Counterterrorism Actions in Yemen under President Donald Trump”. On décrit une guerre menée brutalement au cours des quatre dernières années, tout en s’échappant discrètement des yeux du public.

Cette action contraste avec l’image que Trump avait donnée des mois auparavant. Lorsqu’il a fait campagne en 2016, il s’est présenté comme un «contrepoids à l’establishment de la politique étrangère américaine sanguinaire et incontrôlable». Mais le rapport Airwars a montré que le magnat ne correspond pas – jamais – à cette image optimiste.

destrucción

Le rapport a déterminé qu’au moins 86 civils ont été tués dans des frappes aériennes et des raids au Yémen sur les ordres de Trump. La plupart de ces meurtres ont eu lieu en 2017 et 2018. Dans la nation africaine, ces deux années ont été les plus chargées en termes d’attaques et les plus meurtrières pour les civils.

L’ensemble de l’effort de guerre de Washington au Yémen comporte différentes composantes : des raids et des frappes aériennes menées par l’Armée. En outre, une campagne secrète distincte impliquant des drones et d’autres mesures prises par la CIA.

Enfin, on met en évidence le soutien indirect des États-Unis à la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite. La nation arabe mène une guerre séparée et dévastatrice contre les forces rebelles houthies du Yémen.

militares

Trump dit que le Yémen est un «héritage»

Trump dit qu’il a « hérité de ces conflits» de son prédécesseur, Barack Obama. Pire encore, il refuse d’accepter qu’il les a lui-même escaladés. The Intercept affirme que Trump a contribué à faire du Yémen «la plus grande crise humanitaire du monde», selon les termes de Human Rights Watch.  

Au Yémen, après plus de cinq ans de guerre, des millions de personnes sont au bord de la famine. Et cela se produit dans «l’un des pays les plus pauvres du monde». Pour sa part, Trump se dit satisfait de surveiller la crise, les bombardements et les raids. Mais il arme également des États étrangers – comme l’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis – qui ont leurs propres intérêts politiques au Yémen.

En 2019, Trump n’a même pas pu prendre «une voie de sortie» au Yémen. Il a même utilisé son veto présidentiel pour bloquer une décision du Congrès qui appelait à la fin de la participation américaine à cette guerre.

Yemen

Pour ajouter l’insulte à la blessure, le rapport Airwars a sorti une autre révélation. Trump a annulé les modestes tentatives d’Obama, après des années de pression, de garantir la transparence des opérations militaires au Yémen.  

Toujours en 2019, Trump a publié un décret pour révoquer une mesure d’Obama. Il a exigé la publication du nombre estimé de civils tués dans des opérations dans des «zones de guerre active» comme le Yémen.

Cette décision est intervenue deux ans après que Trump a assoupli les règles sur les frappes aériennes et les raids de commandement. Ce dernier a donné à l’armée la capacité d’exécuter des opérations avec une supervision réduite.

Trump

Combien de civils Trump a-t-il assassiné dans cette administration ?

Dans les rapports annuels de Trump, l’armée affirme que «zéro civiles » a été tué au Yémen lors des opérations qu’elle a menées entre 2018 et 2019. Mais cette affirmation contredit les rapports détaillés de groupes de surveillance comme Airwars.

Malheureusement, « le bilan absurde des morts n’a pas été remis en question par une administration qui s’efforce d’encourager et de défendre les personnes accusées d’avoir tué des civils au combat », ont rapporté les médias britanniques.

Ainsi, l’empreinte sanglante de l’administration Trump au Yémen n’est qu’un exemple de la manière dont l’héritage brutal de la politique étrangère américaine au Moyen-Orient se poursuit et s’intensifie. 

Précisément, les actions en Afrique et au Moyen-Orient comprennent comment les attaques aériennes en Somalie ont atteint des niveaux records avec Trump. Il en a été ainsi alors même que le pays a cédé sous la pression du coronavirus.

Yemen

D’un autre côté, les États – Unis se lancent dans une politique de guerre et de siège contre la population d’Iran, tout comme les deux pays sont confrontés à l’une des pires épidémies virales de l’histoire.

En outre, en raison de ses sanctions et de ses mesures coercitives, Washington refuse à la population iranienne la possibilité d’accéder à des approvisionnements vitaux. Cela se produit alors que le système de santé est sous tension, pour ne pas dire provocation, suite à l’assassinat de commandants militaires iraniens.

Les actions de Donald Trump en Afghanistan sont beaucoup plus faciles à expliquer et à comprendre. Au cours de son mandat, il n’a ordonné que 10 frappes aériennes contre cette nation, mais à la fin, il a fini par tuer au moins 150 civils.

ISIS

La mascarade de Trump sur l’État islamique

L’un des succès militaires présumés de Trump – jamais prouvé – était la guerre contre l’État islamique (ISIS). Cette bataille a été menée avec une brutalité et une indifférence similaires aux conséquences futures. Dès qu’il est devenu président, les morts de civils à la suite de ce conflit sont montées en flèche.

Sous son administration, les attaques de la coalition américaine en Irak et en Syrie contre le groupe terroriste ont tué quelque 13.000 civils. C’est le dernier chapitre tragique de décennies d’histoire des campagnes militaires au Moyen-Orient. Ce sont ces actions qui engendrent le radicalisme parmi les ruines des pays arabes.

The Intercept a examiné les déclarations d’un militaire français qui a servi dans la coalition et a expliqué comment Trump avait mené cette guerre. «Nous avons massivement détruit l’infrastructure. Nous avons donné à la population une image dégoûtante de ce que peut être une libération à l’occidentale». Cela a été rapporté par le colonel François-Régis Legrier, en 2019.   

Les commentaires de Legrier ont donné un aperçu important de la façon dont Washington et ses alliés ont combattu la guerre sous Trump : avec la plus grande brutalité et peu de souci pour les civils.

guerra

L’épilogue

À la suite du raid de 2017 sur al-Ghayil, un journaliste de The Intercept s’est rendu dans le village et a trouvé une scène de destruction et de chagrin parmi les survivants. Des milliers de personnes se sont retrouvées bloquées dans un endroit éloigné où Trump a approuvé l’envoi de l’armée.    

Un enfant a même raconté au journaliste la mort de sa mère. «Elle a été renversée par l’avion américain (…) Maintenant, elle est dans le ciel».

Ainsi, alors que Trump cherchait à être réélu, il s’est présenté comme un opposant aux «guerres sans fin». Mais, cela vaut la peine de réfléchir au sort des civils à al-Ghayil et dans de nombreuses autres villes, inconnu de la plupart des Américains, détruits par l’Armée gringo et sur ordre du magnat.

Compártelo

Comentarios