COVID-19 : Les pays riches accumulent des vaccins et laissent le reste du monde sans traitement

Les pays les plus riches – les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada et plusieurs membres de l’Union Européenne – monopolisent la plupart des doses de vaccins contre le COVID-19
Publicado en

Francés

0 0


COVID

Les pays les plus riches – les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada et plusieurs membres de l’Union Européennemonopolisent la plupart des doses de vaccins contre le COVID-19. Ils ont même assuré jusqu’à six fois plus de traitements médicaux pour vacciner leur propre population. C’est un signe clair d’indifférence envers une humanité qui sera à court de vaccins d’ici la fin de 2021. 

Un rapport du New York Times (NYT) a révélé cette réalité, alors que les essais cliniques avancent pour trouver plus de vaccins. «Les pays riches créent un écart extraordinaire pour leur accès à travers le monde. Ensemble, ils réclament plus de la moitié des doses qui pourraient arriver sur le marché d’ici la fin de l’année».

covid

«De nombreux pays pauvres pourraient être en mesure de vacciner, au maximum, 20% de leur population en 2021. Pendant ce temps, certains pays riches ont réservé suffisamment de doses contre le COVID-19 pour vacciner les leurs à plusieurs reprises», ajoute le journal. 

«Sans aucune garantie qu’un vaccin deviendra breveté, ces pays couvrent leurs paris avec plusieurs candidats. Par exemple, si elle recevait toutes les doses demandées, l’Union Européenne pourrait inoculer ses résidents deux fois. De même, le Royaume-Uni et les États-Unis pourraient le faire quatre fois et le Canada six fois. Ces calculs sont le résultat d’une analyse des données que le NYT a effectuée sur les contrats que l’Université Duke, l’UNICEF et Airfinity ont rassemblés, une société qui analyse des données scientifiques», ajoute le rapport.  

Maintenant, l’étude ne fait aucune mention du vaccin russe Spoutnik V, qui sera appliqué dans plusieurs pays d’Amérique Latine et dans d’autres régions. De plus, citez simplement l’un des vaccins fabriqués en Chine.

COVID

Ils ont vidé les étagères et accumulé les vaccins

Andrea Taylor, un chercheur de Duke étudiant ces contrats, a déclaré que «les pays à revenu élevé étaient en première ligne. Ils ont même vidé les étagères».

Les médias soulignent que «les États-Unis soutiennent la recherche, le développement et la fabrication de cinq des vaccins les plus prometteurs. Cela rapporte des milliards de dollars pour avancer à une vitesse et à une échelle qui auraient été impossibles autrement. Cependant, le soutien est venu à une condition : les américains auraient un accès prioritaire aux doses fabriquées dans leur pays».

D’autres pays riches ont rejoint les États-Unis avec d’importantes commandes anticipées. Ils incluent souvent la possibilité d’élargir les transactions et d’en acquérir encore plus. C’est précisément ainsi qu’ils sapent la capacité de nombreux pays à effectuer des achats en temps opportun», ajoute-t-il.

Par exemple, selon le NYT, les États-Unis ont garanti 100 millions de doses de Pfizer, avec la possibilité d’en acheter 500 millions de plus. À cela, il a ajouté 200 millions de Moderna, avec 300 millions supplémentaires proposés. Il a également passé une combinaison de précommandes de 810 millions de doses avec AstraZeneca, Johnson & Johnson, Novavax et Novavax. Au final, les accords d’expansion pourraient porter ce chiffre à près de 2 milliards.  

Accumulation en Europe

Pour sa part, le Royaume-Uni a réclamé 357 millions de doses à ces sociétés. En outre, il ajoute une petite entreprise, Valneva, avec des options d’achat de 152 millions de plus.

L’Union Européenne monopolise 1,3 milliard de la quasi-totalité de ces entreprises. De plus, la société allemande CureVac pourrait recevoir 660 millions de doses supplémentaires, si elle le décidait.

Le vaccin COVID-19 de Pfizer, développé avec BioNTech, est homologué au Royaume-Uni, à Bahreïn, au Canada, au Mexique, en Arabie Saoudite et aux États-Unis. Moderna devrait bientôt suivre ses traces. 

AstraZeneca, qui travaille avec l’un de l’université d’Oxford, est susceptible de demander une approbation au Royaume-Uni, en Inde et dans d’autres pays dans les prochaines semaines. Aux États-Unis, il a déjà subi des revers avec les régulateurs.

Comment les pauvres arrêteront-ils le COVID-19 ?

Le rapport fait valoir que la production locale de vaccins sera fondamental et cruciale pour que les populations des pays à faible revenu y aient accès. 

«Les pays les moins prospères ne connaîtront pas tous de graves pénuries. Certains ont garanti un nombre important de doses qui pourraient arriver sur le marché l’année prochaine. Cela, en utilisant ses propres atouts dans la fabrication de médicaments», précise le journal.

À cet égard, il souligne que l’Inde est en passe de produire plus de doses de vaccins en 2021 que tout autre pays. «Le Serum Institute de l’Inde, qui a des contrats pour produire de grandes quantités de vaccins AstraZeneca et Novavax, a promis la moitié de sa production au Gouvernement indien».

«L’Inde est prioritaire car c’est mon pays d’origine», a déclaré Adar Poonawalla, directeur général de l’entreprise. De son côté, le milliardaire Carlos Slim participe au financement d’un accord portant sur 150 millions de doses du vaccin AstraZeneca en Amérique latine. Pour ce faire, elle utilise les capacités de fabrication en Argentine et dans son Mexique natal.

COVID

Options pour les pays pauvres

«Le vaccin AstraZeneca convient très bien aux pays les plus pauvres, car il est peu coûteux et facile à stocker. Beaucoup plus de doses ont été promises avant tout autre candidat : 3,210 millions. La moitié d’entre eux sont destinés aux pays à revenu faible ou intermédiaire. L’entreprise s’est associée à 10 fabricants dans le monde», revoir le rapport.

Johnson & Johnson, dont le vaccin est testé en une seule dose, est un autre candidat pour les pays en développement. Il a même promis 500 millions de doses pour les pays à faible revenu, sans toutefois préciser quels pays les obtiendraient.

La Chine, le pays qui possède la troisième plus grande capacité de production, a annoncé son intention de rendre ses vaccins disponibles dans les pays en développement.

La semaine dernière, les Émirats Arabes Unis ont donné la première approbation gouvernementale à Sinopharm. Pour elle, ils ont cité des données préliminaires montrant une efficacité de 86%.

«Pour lutter contre l’inégalité des vaccins, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et deux organisations à but non lucratif soutenues par Bill Gates ont lancé une initiative visant à garantir 1 milliard de doses pour 92 pays pauvres. Un autre milliard de plus irait à des dizaines de pays à revenu élevé et intermédiaire», indique le journal.

D’autre part, l’initiative connue sous le nom de Covax, soutient le développement et la fabrication de vaccins, notamment AstraZeneca et Novovax. En retour, ces deux sociétés ont promis à Covax des centaines de millions de doses. Cependant, il y a des problèmes pour réunir l’argent nécessaire et atteindre leur objectif. De plus, même si c’était le cas, 1 milliard de doses atteindrait moins de 20% de la population de chacun des pays pauvres.

COVID
L’OMS recommande de vous protéger contre le COVID-19

Rien n’est sûr avec COVID-19

Le NYT explique que «bien que les pays riches aient réservé une grande quantité de vaccins, ils doivent attendre de recevoir leurs commandes. Les fabricants auront besoin de temps pour redoubler de production après avoir obtenu l’approbation réglementaire. Par conséquent, ces pays ne recevront pas toutes leurs doses en une seule livraison».

«Ce n’est pas parce que vous avez acheté 100 millions de doses ne signifie pas que vous les aurez tous en décembre», a déclaré Kendall Hoyt, professeur agrégé de médecine à l’Université de Darthmouth qui a étudié l’introduction mondiale des vaccins.

Dans leurs contrats, les entreprises ont promis plusieurs délais. Certaines annonces précisent que les doses arriveront au cours de ce trimestre, tandis que d’autres indiquent que cela se produira à la fin de l’année. De plus, comme les contrats sont privés, il a été difficile pour les gouvernements – et le public – de fixer des attentes réalistes. 

Julia Barnes-Weise, directrice du Global Healthcare Innovation Alliance Accelerator, conseille sur ces accords. Il a affirmé qu’il était «étonnant» que l’approvisionnement mondial en vaccins dépende de la manière dont ces accords confidentiels ont été négociés.

Petits caractères pour COVID-19

Le NYT place Pfizer en exemple, car la société pharmaceutique assure qu’elle fabriquera 1,3 milliard de doses en 2021. Le Gouvernement américain en a acheté 100 millions. Mais on lui a dit plus tard qu’il devait attendre jusqu’en juin pour recevoir 100 millions supplémentaires inclus dans une clause stipulée dans son contrat. 

Au Canada, le gouvernement est confronté à des questions sur son contrat avec Moderna. En août, il a conclu un accord pour 20 millions de doses, avec une option pour 36 millions supplémentaires. Peu de temps après, les États-Unis ont accepté 500 millions de doses, et le Royaume-Uni et l’Union Européenne ont annoncé leurs accords en novembre 2020.

Ainsi, lorsque Moderna a souligné que ses 20 premiers millions étaient allés aux États-Unis, ils ont accusé les politiciens canadiens de se laisser voler. En effet, comme condition pour bénéficier du soutien financier des États-Unis, Moderna leur a promis les premières doses.  

Au Parlement canadien, Erin O’Toole, la chef conservatrice, a présenté une motion demandant que le gouvernement attribue des dates de conformité à ses demandes. Ceci, sous l’argument que les citoyens «méritent de savoir quand ils peuvent s’attendre à chacun des types de vaccins».

Astrazeneca

La production n’est pas garantie

D’autres candidats prometteurs, comme Johnson & Johnson, seront bientôt approuvés et soulageront Pfizer et Moderna. Pourtant, il n’y a aucune garantie que les entreprises respecteront leurs engagements sur le vaccin, explique le point de vente.

«Les gens croient que simplement parce que nous avons montré que dans les essais cliniques de Phase 3 nous avons des vaccins sûrs et efficaces, les robinets sont sur le point de s’ouvrir complètement. Cela a été commenté par Richard Hatchett, directeur de la Coalition pour la Promotion des Innovations pour la Préparation aux Épidémies. C’est l’une des organisations à but non lucratif qui dirigent le programme Covax avec l’OMS. «Les défis liés à l’augmentation de la production sont importants et risqués».

Certaines entreprises ont déjà corrigé leurs projections en fonction de problèmes de production. Dans un premier temps, Pfizer a annoncé une production de 100 millions de doses d’ici la fin de cette année. En fin de compte, il a fini par réduire ce nombre de moitié. Novavax a reporté ses essais cliniques en partie parce qu’il ne pouvait pas faire suffisamment de doses.  

Dans d’autres cas, les fabricants de vaccins ou leurs partenaires – peut-être – ont promis plus de doses qu’ils ne peuvent en produire. Au total, 3.210 millions de doses du vaccin AstraZeneca ont été attribuées. Mais, selon Airfinity, les accords de production sont fixés pour seulement 2,86 milliards de doses. Johnson & Johnson a promis 1,3 milliard de doses, mais garanti une production de seulement 1,1 milliard.

Partager au lieu d’accumuler

Alors que les disparités marquées dans l’accès aux vaccins COVID-19 deviennent plus visibles, les pays riches sont de plus en plus pressés de modifier leurs plans. L’Australie, le Royaume-Uni, le Canada et l’UE ont pris des engagements financiers envers Covax. Désormais, ils sont encouragés à échelonner la mise en œuvre de leurs propres doses afin de ne pas laisser les pays en développement de côté.

«Le pire résultat est d’offrir des vaccins à l’ensemble de la population d’un pays avant de le faire aux personnes les plus à risque dans d’autres pays», a déclaré Bruce Aylward, conseiller du directeur général de l’OMS qui travaille sur l’initiative mondiale de vaccination.

Les pays riches, qui pourraient parfaitement se retrouver avec plus de doses que ce dont ils ont besoin, sont invités à donner des vaccins. Même le Canada a entamé des discussions pour déterminer comment soutenir la lutte contre le COVID-19 dans d’autres pays.

Récemment, Trump a signé un décret pour déclarer que dès que le gouvernement fédéral déterminera qu’il y a un approvisionnement suffisant pour les Américains, il facilitera l’accès international de ses vaccins «à ses alliés et partenaires», rapportent les médias.

Selon le NYT, les représentants de Covax s’attendent à ce que Washington augmente ses contributions lorsque Joe Biden prendra ses fonctions. Son espoir est qu’il tiendra sa promesse d’annuler le retrait unilatéral de Trump de l’OMS.

«Cependant, même si les pays riches font don de leurs excédents de vaccins, le reste du monde n’aura pas toutes les doses dont il a besoin d’ici la fin de l’année», prévient le NYT. 

«Certains experts prédisent que ce ne sera qu’en 2024 qu’il y aura suffisamment de vaccins contre le COVID-19. D’autres pensent qu’au fur et à mesure que de plus en plus de personnes tombent malades et acquièrent une immunité naturelle, le besoin d’un vaccin diminuera et l’approvisionnement sera suffisant d’ici la fin de 2022», conclut le rapport.

Cela peut vous intéresser …

https://www.elciudadano.com/fr/affaire-alex-saab-les-videos-inedites-qui-prouvent-son-immunite-diplomatique/01/13/

Compártelo

Comentarios