La Palestine subit le meurtre de milliers de George Floyd… et personne n’arme des scandales

Le 25 mai 2020, un événement a secoué le monde : le meurtre de l’Afro-Américain George Floyd aux États-Unis
Publicado en

Francés

0 0


Palestina

Le 25 mai 2020, un événement a secoué le monde : le meurtre de l’Afro-Américain George Floyd aux États-Unis. Cet incident a déclenché une vague de protestations à travers la planète. Avant et après sa mort tragique, des dizaines de citoyens dont la mort est passée inaperçue en première page des journaux ont également été victimes de crimes atroces. Ils n’ont pas non plus été mentionnés sur les écrans d’information ou dans la gigantesque communauté médiatique qui fait la vie sur Internet.

Le 29 mai, un jeune homme autiste de 32 ans, Lias al Halak, a été abattu et tué de sang-froid par un groupe de soldats alors qu’il se rendait à l’école. Les criminels se sont justifiés en disant «qu’il portait dans ses mains un paquet qui ressemblait à une arme».

Le même jour, Fadi Samara, 41 ans, a été abattu par des soldats alors qu’il traversait son village en voiture. Un enfant atteint du syndrome de Down a également été blessé lors du même crime.

Palestina

Deux semaines plus tôt, un adolescent de 15 ans, Zaid Fadl Qasya, avait reçu une balle dans la tête. Les coupables étaient des troupes militaires qui gardaient un camp de réfugiés.

Le 6 février, des soldats ont tué quatre jeunes hommes, dont Yazan Abu, 19 ans, qui a été abattu alors qu’il protestait contre la démolition de sa maison. Un jour plus tard, un adolescent de 17 ans, Mohammad Salman Tama al-Hadad, a reçu d’un soldat une balle dans le cœur.

Le 23 février, Mohammad al-Naem, 27 ans, a été tué par plusieurs officiers de l’armée. Ses assassins ont également souillé son corps en le suspendant aux lames d’une pelleteuse. C’est ce qu’a rapporté le journaliste et écrivain chilien Pablo Jofre Leal.

Palestina
L’ONU a enregistré 300 Palestiniens tués par les forces israéliennes en 2018. Photo: Agences

Le monde ne voit pas et ne ressent pas la Palestine ?

Alors, pourquoi ces événements ont-ils été invisibles ? Pourquoi aucun des meurtriers n’est-il emprisonné et condamné ? Eh bien, parce qu’ils se sont produits à des milliers de kilomètres des États-Unis. De plus, les victimes sont des Palestiniens et leurs assassins sont des militaires israéliens. Il s’agit d’un gouvernement génocidaire dont les crimes contre l’humanité sont restés impunis pendant plus d’un demi-siècle.

Pablo Jofre Leal, collaborateur de plusieurs chaînes d’information, a déclaré dans un article pour Telesur que «la Palestine compte des milliers de George Floyd. Les actions criminelles contre eux sont le pain quotidien. Ils font partie de l’essence d’une entité (le Gouvernement d’Israël) dont le moteur est le meurtre, le vol, le pillage».

«Aujourd’hui, des millions de personnes pleurent le meurtre de George Floyd, et cela est juste et nécessaire. Mais nous devons aussi faire le deuil et rendre justice aux milliers et aux milliers de palestiniens assassinés. Ce sont des hommes, des femmes, des enfants et des personnes âgées massacrés (…) des maisons détruites, démolies jusqu’au sol, et séparées par un mur de ségrégation», a dénoncé le journaliste.

Palestine
Pablo Jofre Leal, journaliste et expert sur les questions du Moyen-Orient, Photo: Web

Le Bureau des Nations Unies pour la Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA) a recensé au moins 300 palestiniens tués et 29.718 blessés en 2018. L’année suivante, en 2019, au milieu du blocage de l’information, le Rassemblement National des Familles de Martyrs Palestiniens a dénoncé le meurtre d’au moins 149 personnes.

Il n’y a même pas eu de manifestations mondiales en 2014, lorsque les forces militaires israéliennes ont tué sans discrimination plus de 2.300 palestiniens. Ils ont également blessé plus de 10.600 personnes lors d’une opération d’invasion de la bande de Gaza. Aucun de ces chiffres n’inclut les milliers de personnes qui, depuis des décennies, sont mortes à cause du blocus israélien. Tous sont victimes de la faim, du manque de soins de santé, de médicaments, de la peur et du désespoir.

Palestine
Raimundo Kabchi, avocat libano-vénézuélien, expert sur les questions du Moyen-Orient

La formule de l’antisémitisme

L’avocat et expert sur les questions du Moyen-Orient Raimundo Kabchi à une explication. «Les États-Unis et l’Europe ont créé une norme ou un crime qui fait frémir beaucoup de gens : l’antisémitisme (hostilité envers les juifs fondée sur des préjugés religieux ou ethniques). C’est une création imaginaire, car il n’existe pas de race appelée sémite», a-t-il déclaré dans une interview exclusive.

«Le terme sémite désigne la famille des peuples qui se sont installés en Mésopotamie et au Proche-Orient des milliers d’années avant le Christ. Donc, si la race sémitique existait vraiment, les premiers seraient les arabes. Le Sémite descend de Sem, fils de Noé. Abraham était le fils de Tare, un descendant de Sem, et son premier né était Ismaël, d’où viennent les arabes, et non Isaac, patriarche des juifs».

Ensuite, «toute position contraire à la politique agressive, raciste et destructrice d’Israël, est qualifiée d’antisémite. Oui, on peut critiquer le christianisme et être athée, on peut même nier l’existence du prophète Mahomet. Mais on ne peut pas critiquer la politique israélienne, car elle est considérée comme une condamnation religieuse. Peu importe que cette politique assassine, détruise et bafoue les droits d’un peuple».

Kabchi en donne un exemple clair : Roger Garaudy, philosophe et homme politique français. Au début, il a été ignoré lorsqu’il a écrit des livres mettant en cause le christianisme et l’islam. Mais après avoir publié «Les mythes fondateurs de la politique israélienne» en 1995, défendant des thèses négationnistes du Holocauste, il a été poursuivi et condamné par la justice française à une amende et six mois de prison.

«C’est le dilemme. Les gens ne condamnent pas Israël ou ne protestent pas contre lui non pas parce qu’ils ne le veulent pas, mais parce que les grandes puissances économiques mondiales ont créé ce redoutable concept d’antisémitisme», a déclaré Kabchi. De plus, il affirme que ces mêmes pouvoirs sont capables d’arrêter, de tuer et de violer toutes les lois pour le défendre.

Palestina

L’appareil de propagande mondiale

De plus, l’avocat libano-vénézuélien a exposé une autre raison importante : l’appareil de propagande mondiale. «Israël, le pays agresseur, anéantit un peuple, viole ses droits de l’homme et le présente comme la victime. Pendant ce temps, le peuple de Palestine, propriétaire de ses terres depuis 10.000 ans, est présenté comme le bourreau. Il suffit d’une publicité à Hollywood ou dans 85 % des médias aux mains des sionistes et fidèles aux conceptions de Washington», a-t-il déclaré.

C’est précisément là que le pouvoir de Washington entre en jeu, car il a bloqué tout vestige de condamnation d’Israël devant l’Assemblée Générale et le Conseil de Sécurité des Nations Unies. En grande partie, on le fait en obéissance au lobby économique juif qui domine la politique américaine.

Cependant, un autre facteur entre en jeu, note Kabchi. «Le plan du sionisme international, soutenu par les États-Unis, l’Angleterre et la France, est que les frontières d’Israël s’étendent de l’Euphrate au Nil. Sur ce territoire, il y a de grandes richesses en pétrole, en gaz et autres minéraux».

C’est pourquoi, dans le dernier ‘accord’ entre la Palestine et Israël, l’ancien président américain Donald Trump a proposé «de donner toutes les terres à Israël». Pendant ce temps, il n’a fait que des promesses aux palestiniens, et à la condition qu’ils s’assoient et négocient», a rappelé Kabchi.

Il a également rappelé que cette idée ‘d’accord’ vient d’un homme qui a déclaré publiquement avoir atteint son objectif en Syrie : s’emparer des grands puits de pétrole. C’est le même homme qui a critiqué Barack Obama pour avoir confié l’exploitation du pétrole libyen à d’autres forces.

Palestine
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu est déterminé à prendre toutes les terres palestiniennes. Photo: Reuters

Perspectives d’avenir pour la Palestine

«Il est regrettable que la même humanité qui a lutté contre le nazisme allemand, le racisme du Japon, l’apartheid en Afrique du Sud ; tolère aujourd’hui les crimes contre l’humanité d’Israël et accepte la création d’un État raciste, d’exclusion et génocidaire. De plus, il le fait à la lumière de toute norme de droit international», a déclaré Kabchi.

À cet égard, Jofre Leal estime qu’il est honteux que le monde ne se lève pas «avec l’indignation, la colère et la rage contre le sionisme. Personne n’ose les traduire devant des tribunaux internationaux et les juger pour leurs crimes, comme cela a été fait contre les nazis à Nuremberg ; ou celui créé pour juger les crimes au Rwanda».

Pour sa part, Kabchi a réaffirmé qu’au-delà du soutien, «il y a de la peur face aux critiques. Ce n’est pas un manque de volonté, mais un manque de décision pour affronter le système judiciaire acheté par le sionisme. Quiconque agit ainsi court le risque d’être poursuivi en justice».

Palestine
En Palestine, ils combattent avec des pierres et des mortiers, en Israël avec des bombes et des armes militaires

Il y a deux exemples clairs : l’Iran et le Venezuela. Ce sont deux nations qui refusent d’entretenir des relations politiques et diplomatiques avec Israël et qui critiquent sa politique agressive. Tous deux sont victimes de blocus financiers et d’innombrables mesures coercitives unilatérales imposées par les États-Unis.

Ainsi, la vague d’indignation mondiale se renforce contre la violence raciste dans les puissances occidentales. Des statues sont également renversées, des magasins sont incendiés et la justice est demandée contre les violences policières. Pendant ce temps, chaque jour, des enfants en Palestine se réveillent et courent le risque d’être touchés par une bombe ou d’être abattus par le sionisme. Malheureusement, personne ne s’inquiète pour eux.

En conclusion, si George Floyd avait été palestinien et tué en Palestine avec sa famille, massacré par les forces israéliennes, les Anonymous n’auraient jamais réapparu, le mouvement #BlackLivesMatter n’existerait pas et le racisme ne ferait pas l’objet d’un débat mondial.

Cela peut vous intéresser …

Compártelo

Comentarios