Macron a déclaré «l’axe du mal» dans le monde arabe : qu’a-t-il fait pour le mériter ?

La France est dans le chaos
Publicado en

Francés

0 0


Macron

La France est dans le chaos. Le président Enmanuel Macron a annoncé ce mercredi la réclusion nationale à partir du vendredi 30 octobre. La raison en est la deuxième vague d’infections au COVID-19 que connaît la nation européenne. Cependant, ce n’est pas le seul problème social qui retient actuellement l’attention du président.   

Les manifestations contre Macron – pour avoir insisté sur le fait que la publication de caricatures contre le prophète Mahomet est essentielle pour la liberté d’expression – se répandent. Il y a des manifestations internationales, des cyberattaques contre des sites Internet français et des avertissements selon lesquels la réponse du président est «imprudente». 

Les musulmans en France, et ailleurs, sont scandalisés par «la répression sévère du gouvernement contre leurs communautés». Ceci, à la suite du meurtre le 6 octobre du professeur de lycée Samuel Paty. 

Macron

The Guardian journal rapporte que Paty a enseigné l’histoire et la géographie dans une école dans une banlieue calme de Paris. En classe, il a présenté une copie des caricatures du prophète Mahomet qui ont déclenché l’attaque du magazine Charlie Hebdo il y a cinq ans.   

De toute évidence, il ignorait les conséquences tragiques que cela aurait sur sa vie, la société française et les relations de Paris avec le monde islamique. Dix jours plus tard, Paty a été tué, prétendument par un adolescent d’origine tchétchène d’origine russe. Le président a immédiatement répondu que la France «n’abandonnerait pas les dessins animés».

Le ministre français de l’Intérieur Gérard Darmanin a supervisé des raids contre des organisations et des individus islamiques ces derniers jours. Il a même défendu les actions de la police et a insisté sur le fait que la France cherche à mettre fin à l’extrémisme.  

« Nous cherchons à combattre une idéologie, pas une religion. La grande majorité des musulmans français sont bien conscients qu’ils sont les premiers à être touchés par la dérive idéologique de l’islam radical », a-t-il déclaré aux médias.

Macron

La réaction mondiale contre Macron

Macron a depuis été qualifié de malade mental par son homologue turc, Recep Tayyip Erdoğan. Son ambassadeur au Pakistan a été convoqué pour condamner l’incitation à l’islamophobie. De la Syrie à l’Arabie Saoudite, les produits français sont soumis au boycott. Ainsi, la France est devenue un «axe du mal». 

De son côté, l’Iran a convoqué un diplomate français pour l’informer que la réponse du président à l’assassinat était «imprudente ». De même, Téhéran accuse Paris de fomenter la haine contre l’islam, sous couvert de la liberté d’expression.

Une puissante association de religieux de la ville iranienne de Qom a exhorté Téhéran à appeler les nations islamiques à imposer des sanctions politiques et économiques à la France. Un journal iranien intransigeant a décrit le président français comme le «diable», le dépeignant comme Satan dans une caricature en première page.

protesta

Dans l’agence de presse d’État saoudienne, il a cité un responsable anonyme du ministère des Affaires étrangères. Il aurait fait remarquer que le Royaume doit «rejeter toute tentative de lier l’Islam au terrorisme, et dénoncer les caricatures».

Au Bangladesh, quelque 40.000 personnes ont pris part à une manifestation contre la France dans la capitale Dhaka. Là, ils ont brûlé une effigie de Macron et ont appelé au boycott des produits français. Il y avait également des appels au gouvernement pour expulser l’ambassadeur de France du pays. Sinon, ils menacent de démolir le bâtiment de l’Ambassade de France. 

Pendant ce temps, l’hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo risquait d’attiser les tensions avec la Turquie. Sur la couverture la plus récente de son édition en ligne, il a publié une caricature moqueuse du président turc Erdogan.

Macron

Ce qui s’est passé en France après le crime

Le meurtrier présumé de Paty est Abdoullakh Anzorov (18 ans), citoyen tchétchène résidant en France depuis six ans. À la suite du crime, la police française a perquisitionné les résidences de dizaines de groupes islamistes présumés et d’individus accusés d’extrémisme.  

Le ministre Darmanin a déclaré que les raids, autorisés par un juge, visaient à «envoyer un message». Il a même assuré aux médias Libération que dans les opérations ils avaient trouvé «des armes et des vidéos de décapitation».  

De même, le responsable a annoncé son intention de dissoudre des organisations musulmanes de premier plan. Il s’agit notamment du Collectif de Lutte contre l’Islamophobie en France (CCIF), une organisation humanitaire qui mène des projets au Togo, en Asie du Sud-Est et au Pakistan.

protesta

Darmanin a déclaré que le CCIF était impliqué dans le meurtre de Paty, car une vidéo présumée publiée sur Facebook l’impliquait. «C’est un groupe islamiste qui ne condamne pas les attentats (…) qui ont invité les islamistes radicaux. C’est une agence contre la République. Il considère qu’il y a une islamophobie étatique tout en recevant des subventions de l’État français », a-t-il déclaré.

Après le meurtre, des sources policières ont déclaré aux médias que les autorités étaient prêtes à expulser 213 étrangers. Tous ont été inclus sur une liste de surveillance du gouvernement pour avoir prétendument des croyances religieuses extrêmes.

Mardi, Le Figaro a rapporté que des hackers islamiques avaient repris plusieurs sites français. «Ceux qui maltraitent le messager d’Allah doivent être punis», lit-on dans un prétendu message.  

Des attaques similaires, qualifiées par les autorités françaises de «cyberjihad», se sont produites après l’attaque de Charlie Hebdo en 2015. À cette occasion, l’attaque contre le magazine a fait 12 morts.

Macron

Les prochaines étapes de Macron

Le président français ne revient pas sur ses déclarations controversées. Au contraire, il a appelé son homologue russe, Vladimir Poutine, à le pousser à redoubler d’efforts et de coopération contre le terrorisme. Il l’a fait en pensant aux origines tchétchènes du meurtrier présumé de Paty.

Mais ce n’est pas un combat que Macron abandonnera probablement. Au niveau national, il affronte le premier tour des élections présidentielles en avril 2022.  

Votre défi viendra de la droite, que ce soit le centre-droit Les Républicains ou l’extrême droite Marine Le Pen. Avec ce dernier, il est côte à côte dans les sondages, bien que son taux de désapprobation net en tant que président soit de -24%.

The Guardian révèle qu’être dur avec le séparatisme islamiste et payer un prix global ne nuit pas à la droite hésitante. Macron s’est engagé à maintenir les enjeux élevés, pour que d’autres reconnaissent qu ‘«ils ne peuvent pas rester neutres».

protesta

Auparavant, Macron a abordé le débat sur l’extrémisme islamiste dans son discours du 2 octobre sur la laïcité. Cette fois, il a tenté de clarifier comment intégrer l’islam et la laïcité française, avec plusieurs propositions pour réglementer les imams et les mosquées. 

«L’Islam est une religion qui traverse une crise dans le monde entier » , a- t-il déclaré. Le président faisait référence au djihadisme de l’État islamique ainsi qu’au wahhabisme, à l’idéologie extrémiste saoudienne et au salafisme. «Nous ne croyons pas à l’islam politique qui n’est pas compatible avec la stabilité et la paix dans le monde».

En outre, il avait des passages d’équilibre sur l’État comme garant de la liberté de religion, de la privation économique et de l’héritage colonial français. Son discours a suscité de nombreuses plaintes à l’étranger, notamment en Turquie, la moitié des imams en France étant turcs.

Turquía

Le rôle de la Turquie dans le conflit

La Turquie joue dans une série de différends avec la France. Ces conflits – sur la Syrie, la Libye, l’OTAN, l’exploration gazière en Méditerranée orientale et l’Arménie – ont chacun leur propre contexte et leurs propres détails.

  • En Syrie, Macron s’oppose aux attaques turques contre la milice kurde YPG, alliée de la France dans la guerre contre l’État islamique.
  • En Libye, Macron rejette l’influence islamiste au sein du gouvernement d’accord national (GNA) à Tripoli. Il a également condamné l’assistance d’Ankara au GNA.
  • À l’OTAN, Macron prévient que l’alliance pourrait subir une “mort cérébrale” à cause de la Turquie. Il accuse Erdogan d’être ambivalent dans la défense des valeurs occidentales.
  • En Méditerranée, il assimile les intérêts grecs à ceux de l’Europe, laissant l’Allemagne à la médiation. Ainsi, il se range de plus en plus du côté de l’Arménie.

Au milieu du conflit, Paris espère qu’Erdoğan cédera à la pression. Actuellement, la livre turque est à un nouveau plus bas et il y a peu de fronts sur lesquels le président de ce pays peut se battre.

Pourtant, Erdogan tire sa propre force des condamnations de Macron dans le monde arabe. Même ce lundi, il a explicitement rejoint l’appel au boycott des produits français. «Il devient de plus en plus difficile d’être musulman et de vivre un style de vie islamique dans les pays occidentaux», a souligné le dirigeant turc. Il se lèvera et nous verrons.

Compártelo

Comentarios